Carbone : des campings ardéchois en pointe

Publié le 16 juillet 2010

A l'heure où la prise de conscience environnementale est une réalité que plus personne ne peut ignorer, deux campings ardéchois se montrent exemplaires en s'impliquant dans la compensation carbone. Retour sur ces deux initiatives du camping « le Plan d'eau » à Saint-Privat, dans le sud du département, et du camping « l'Oasis » à Éclassan, à proximité de Saint-Vallier.

L'Ardèche est sans aucun doute l'un des départements français les plus en pointe dans l'engagement écologique notamment sur le plan de sa politique touristique. Un engagement qui implique les décideurs et les acteurs professionnels comme ces gérants de campings sensibilisés à la compensation carbone. « Il s'agit du camping â??â??le Plan d'Eau'', à Saint-Privat, dans le sud du département, et de celui de â??â??l'Oasis'', situé entre Saint-Vallier et Annonay, explique Mathieu Maisonnasse, chargé de mission écotourisme à la MITRA, direction de l'ingénierie de Rhône-Alpes Tourisme. Chacun a opté pour une formule différente et l'aspect singulier de leurs démarches mérite d'être mis en avant ».

Au Camping du Plan d'eau, premier site touristique rhônalpin à avoir obtenu l'Éco-label européen fin 2009 (cf : Un camping ardéchois décroche l'écolabel européen), Muriel et Christian Cintré, ses propriétaires, ont fait de nombreux efforts afin de réduire au maximum l'emprunte CO² de leur activité (système de chauffage de l'eau de la piscine par le soleil, panneaux solaires sur les sanitaire...). Ils auraient pu en rester là , mais ils ont souhaité aller encore plus loin. « Ils ont calculé que les émissions carbone émises par le camping étaient équivalentes à dix tonnes par an, ce qui est déjà peu puisque, selon l'ADEME, un ménage français émet 15,5T de CO²/an, précise Mathieu Maisonnasse. Sur ce constat, M. et Mme Cintré cotisent à l'association GERES CO² Solidaire et compensent ces émissions de CO² en finançant un projet de développement de l'énergie solaire au Ladakh. Mais ils vont encore plus loin puisqu'ils proposent aux vacanciers de compenser leur propre émission liée au trajet aller-retour effectué pour rejoindre le camping, soit environ 15€ pour des Néerlandais qui représentent 80% de la clientèle en juillet et 50% en août ».

L'autre exemple est à mettre à l'actif du camping de l'Oasis implanté sur les bords de la rivière le l'Ay à Éclassan, une localité située entre Saint-Vallier et Annonay. Ce camping de 6,5 hectares comporte 41 emplacements, 22 locations et une piscine. Là , les propriétaires se sont engagés à partir de cette année à prendre en charge la compensation carbone pour le trajet domicile-camping des familles séjournant sur place une semaine ou plus. Le bilan carbone est établi à leur arrivée afin de constituer une cagnotte permettant de participer à la reforestation de zones affectées par le changement climatique. L'ONG chargée de réunir les fonds est Éco-Bénin, son objectif étant de planter 20 000 palétuviers dans ce pays pour reconstituer la mangrove.

« Dans les deux cas, évidemment ça permet de faire un geste en faveur du développement durable et cet engagement doit déjà être salué. Mais ce qui est véritablement intéressant c'est que les propriétaires des deux campings, le Plan d'eau et l'Oasis, en faisant preuve de pédagogie, ne culpabilisent pas les vacanciers mais les accompagnent vers une prise de conscience environnementale. Ils deviennent ainsi de véritables éco-ambassadeurs et ils sont les premiers à notre connaissance en Rhône-Alpes à avoir poussé la démarche aussi loin. Ces approches nous ont nous même interpellé sur nos outils et nous avons intégré cette démarche de compensation carbone dans le référentiel Rhône-Alpes Tourisme qui a pour but de qualifier l'offre écotouristique rhônalpine, conclut Mathieu Maisonnasse ».

« Dans les deux cas, évidemment ça permet de faire un geste en faveur du développement durable et cet engagement doit déjà être salué. Mais ce qui est véritablement intéressant c'est que les propriétaires des deux campings, le Plan d'eau et l'Oasis, en faisant preuve de pédagogie, ne culpabilisent pas les vacanciers mais les accompagnent vers une prise de conscience environnementale. Ils deviennent ainsi de véritables éco-ambassadeurs et ils sont les premiers à notre connaissance en Rhône-Alpes à avoir poussé la démarche aussi loin. Ces approches nous ont nous même interpellé sur nos outils et nous avons intégré cette démarche de compensation carbone dans le référentiel Rhône-Alpes Tourisme qui a pour but de qualifier l'offre écotouristique rhônalpine, conclut Mathieu Maisonnasse ».

 

Pour aller plus loin :

Camping le Plan d'Eau en vidéo

 

Commentaires
comments powered by Disqus