Contrat de destination Voyage dans les Alpes

Publié le 10 février 2017

Contexte

Le Massif des Alpes doit sa notoriété et sa reconnaissance mondiale à la qualité exceptionnelle du capital naturel et paysager : sommets emblématiques, lacs, larges vallées, diversité de la faune et de la flore. Il le doit aussi à une culture spécifique, à des modes de vie, résultant de la capacité des hommes à s’adapter et à composer avec un milieu qui fut difficile et parfois hostile. Ce sont les générations de montagnards qui ont façonné ce patrimoine, dont la responsabilité incombe aujourd’hui aux habitants du massif, aux acteurs socio-économiques, aux responsables élus.

Ces paysages et ces patrimoines naturels et culturels, matériels et immatériels, traduisent une histoire, portent une identité, révèlent des entités spécifiques singulières au sein des Alpes, donnent du sens aux projets touristiques et constituent un puissant facteur d’attractivité pour les habitants, les entreprises et les clientèles touristiques.

Fort de ces atouts, les acteurs publics et privés du massif des Alpes affichent leur ambition d’accélérer la mise en œuvre de formes de tourisme porteuses de diversification, en phase avec les évolutions socioculturelles que l’on observe en Europe, liées à la recherche d’expériences plus authentiques, plus interactives, en imprégnation (immersion) culturelle sur les territoires. Le Schéma interrégional du massif des Alpes (SIMA), révisé en 2013 et approuvé par les 2 Régions Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur et les Départements alpins, qui définit les politiques interrégionales de massif et constitue en ce sens le document d’orientation stratégique pour les Alpes, a inscrit dans ses priorités l’accélération du développement et de la promotion des grands programmes d’itinérances alpines multithématiques et multi pratiques. Au cœur d’une offre renouvelée, ils ont vocation à « constituer l’une des offres touristiques majeures renouvelées et organisées à l’échelle du massif alpin ». Le SIMA précise qu’ils s’appuient, en effet, sur « trois facteurs essentiels du développement touristique territorial  soit une gouvernance partagée, une solidarité interterritoriale et la professionnalisation et la mise en réseau des acteurs ».

Dans la diversité de ses pratiques, de sa saisonnalité, de ses publics, les formes de  tourisme itinérant constituent un levier majeur de croissance et d’emploi et un puissant facteur d’attractivité des territoires.  Elles sont ainsi une nouvelle chance pour la montagne alpine du 21e siècle :

  • parce qu’elles répondent aux nouvelles attentes du public en faveur d’un tourisme de patrimoine, de découverte et de rencontre, doux et durable et aux nouveaux enjeux du tourisme de montagne (slowtourisme).
  • parce qu’elles constituent aujourd’hui, par le maillage de grands et petits itinéraires, des destinations à part entière à la fois pour les clientèles de proximité, nationales et internationales.
  • parce qu’elles reposent sur des filières structurées et organisées autour d’acteurs mobilisés – collectivités, professionnels de l’accueil, opérateurs touristiques, organismes de promotion, fédérations de pratiquants et d’aménageurs, associations locales.
  • parce qu’elles génèrent, par leurs valeurs ajoutées sur l’ensemble du massif, des retombées économiques significatives dont les territoires et leurs acteurs touristiques ne pourraient désormais plus se passer.
  • parce qu’elles permettent de révéler les multiples facettes des massifs et des vallées qui composent les Alpes.
  • parce qu’enfin, elles confortent la nécessité, le désir et l’ambition d’une vraie solidarité alpine dont les effets bénéfiques dépassent largement le seul domaine du tourisme, irriguant bien au-delà l’identité économique, sociale et culturelle du  massif.

 

Voyage dans les Alpes 

C’est pour répondre à ces enjeux que les acteurs du massif des Alpes ont décidé de porter le contrat de destination « Voyage dans les Alpes », dont l’animation a été confiée à la Grande Traversée des Alpes. Placé sous l’égide du Comité de massif des Alpes, le contrat de destination a pour objectifs :

  • d’accroître la part des clientèles européennes (Britanniques, Allemands, Belges, Néerlandais, Italiens, Suisses) dans les clientèles touristiques fréquentant le massif des Alpes l’été.
  • d’accroître les retombées économiques directes, indirectes et induites sur les territoires en favorisant les modes de découverte itinérants.
  • de déployer la culture d’accueil des clientèles itinérantes, en particulier européennes, sur tous les maillons de la chaîne du tourisme.
  • d’accompagner la mise en marché de la destination par le développement d’offres nouvelles, s’appuyant sur les pratiques d’itinérances favorisant la découverte immersive de la singularité des territoires traversés et des communautés rencontrées.
  • d’accroître la notoriété du massif des Alpes l’été, d’en enrichir, voire d’en renouveler l’image, comme terre d’itinérances immersives douces, durables, accessibles et attractives, terre de slowtourisme.
  • de renforcer l’intelligence économique collective en consolidant les outils de veille, d’observation et d’évaluation à l’échelle du massif alpin.

 

Mise en œuvre

Organisé autour de 4 volets opérationnels, le Contrat de destination « Voyage dans les Alpes » s’est déployé dans toutes les dimensions marketing de la « qualification » de l’offre :

  • Le Volet Ingénierie, piloté par le Comité Régional du Tourisme Rhône-Alpes (Rhône-Alpes Tourisme),
  • Le volet Qualité de l’accueil, piloté par la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie Rhône-Alpes,
  • Le volet Marketing, Promotion et Communication, piloté par le Comité Régional du Tourisme Provence Alpes Côte d’Azur,
  • Le volet Observation / Intelligence économique, piloté par Atout France.

 

Contacts

Hugues Beesau
Directeur Pôle Ingénierie Stratégie Prospective
Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus