Communiqué de presse

Viarhôna, l’échappée belle au fil du Rhône

Publié le 17 avril 2014

ViaRhôna est une véloroute voie verte de 700 km, en cours de réalisation, qui reliera à terme le lac Léman à la Méditerranée. Ce projet constitue une formidable opportunité pour découvrir les richesses touristiques des territoires traversés, de façon ludique et familiale. Au-delà de la pratique cycliste, cet itinéraire « modes doux » est l’occasion de créer un tourisme renouvelé, maillant l’ensemble des territoires traversés, mais aussi des formes très variées de tourisme, qu’il soit culturel, patrimonial, fluvial, oenotouristique ou gastronomique.

Un projet d’envergure interrégionale

« ViaRhôna, du Léman à la Méditerranée » est un des projets phares du volet tourisme du Plan Rhône et il sera le « fil rouge » de la stratégie interrégionale en 2014-2020. Trois Régions sont concernées par le projet (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon) pour un linéaire de près de 700 km. L’itinéraire ViaRhôna a pris, sous l’impulsion de la Région Rhône-Alpes, une envergure importante, permettant de positionner cette véloroute voie verte comme un outil fort de développement des territoires. L’existence de nombreux tronçons nécessite de développer une stratégie de mise en tourisme ambitieuse. Compte tenu de l’état avancé de l’infrastructure et de l'antériorité rhônalpines, les Régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon ont donné leur accord pour que la Région Rhône-Alpes soit moteur de cette mise en tourisme, en liens étroits avec Rhône-Alpes Tourisme.

Depuis les premiers aménagements qui remontent à 2003, les échéances se succèdent. 2013 : lancement de la mise en tourisme et la communication sur la ViaRhôna à l’échelle régionale. 2014 : mise en place d’une gouvernance interrégionale avec un comité d’itinéraire. 2015 : développement d’une stratégie de destination pluriannuelle, et enfin 2016 avec la perspective d’un itinéraire européen de 1200 km (ViaRhôna + Route du Rhône en Suisse) qui permettra de relier les sources du Rhône à la Méditerranée via le Lac Léman, plus grand lac naturel d’Europe de l’Ouest.

L’itinéraire est réalisé à un peu plus de 50 % en Rhône-Alpes (soit 227 km) et à 36 % en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (soit 39 km), avec des concertations en cours pour finaliser le tracé et les travaux associés. En Région Languedoc-Roussillon, la quasi-totalité de l’itinéraire a été réalisée dans l’Hérault, à l’exception de quelques traversées urbaines ; dans le Gard, le tracé de ViaRhôna reste à définir, d’Avignon au Grau du Roi, avec 3 km réalisés sur la petite centaine de km dans ce département. Un des enjeux du prochain contrat interrégional Plan Rhône est la finalisation de l’itinéraire dans les 3 régions d’ici fin 2020 et sa mise en tourisme.

 

Plus de 400 km à la découverte du patrimoine rhônalpin

Rhône-Alpes accueille les 2/3 de l’itinéraire ViaRhôna, une invitation aux déplacements doux et non motorisés pour relier le Léman à la Méditerranée. Elle réunit à elle seule 445 km, ainsi que 17 maîtres d'ouvrage et ses 8 départements sont concernés, puisque l'Ain, la Haute Savoie, la Savoie, l'Isère, le Rhône, la Loire, la Drôme et l'Ardèche sont tous bordés par le Rhône.

273 km de cet itinéraire cyclable sont déjà praticables en Rhône-Alpes, soit autant d'opportunité de balades et sorties en compagnie du fleuve, sur un site protégé accessible à tous : enfants accompagnés, adultes, piétons, cyclistes, personnes valides ou handicapées... chacun peut profiter à son rythme de la piste aménagée pour les transports doux. Chaque portion est l'occasion de découvrir la diversité régionale. Des paysages viticoles savoyards aux berges urbaines du cœur de Lyon, des rives arborées de Groslée, dans l'Ain, aux plages de Miribel-Jonage, dans le Rhône, de la base de loisirs de Saint-Pierre-de-Bœuf, dans la Loire, au château de Saint-Vallier, dans la Drôme, la richesse touristique est infinie. Ainsi, la Viarhôna met-elle en valeur aussi bien les activités nautiques et fluviales que les activités culturelles et les produits issus de l'agriculture ou de la viticulture locales.

Pour Rhône-Alpes, écorégion par excellence, cette véloroute voie verte est un projet prioritaire. Pas seulement parce qu'elle privilégie les modes de déplacement doux, mais aussi parce qu'elle permet aux Rhônalpins de renouer avec le fleuve roi. Il existe une culture du Rhône, comme il existe une culture régionale : ses lônes, sa faune et sa flore, ses écluses, et même ses crues mémorables font partie d'un patrimoine commun. Tout le long du tracé, des œuvres d'art, musées, monuments... y font référence.

 

ViaRhôna, la voie des civilisations

Fleuve des civilisations, voie d’échanges entre l’Europe du nord et la Méditerranée, les hommes ont de tout temps habité les rives du Rhône, laissant leurs traces à travers les âges. La ViaRhôna permet ainsi, au fil de son parcours, de remonter aux origines, depuis les temps reculés de la Préhistoire jusqu’à la période contemporaine que nous connaissons.

Du Nord au Sud les témoignages laissés par l’histoire s’enchainent. Ainsi, Fort l’Ecluse, dans l’Ain, ouvrage militaire fortifié des XVI et XVIIèmes siècles construit à flanc de montagne, nous narre l’histoire du contrôle du défilé de l'Écluse, pièce maîtresse de la protection de l’entrée du Pays de Gex. Plus loin, le site archéologique de Larina, dans le Nord Isère, témoigne d’une présence humaine depuis l’Age du Bronze jusqu’au début du Moyen Age. La civilisation gallo-romaine a également laissé des vestiges au fil du fleuve. à Aoste, le Musée Gallo Romain  présente une très belle série d’objets et témoignages archéologiques trouvés sur la commune et ses environs. Tandis qu’à Brégnier-Cordon,  le Musée Escale Haut Rhône est spécialement dédié à la relation homme-fleuve au fil des époques.

Lyon, capitale des Trois Gaules fondée par les Romains, et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998, représente un témoignage exceptionnel de cette époque, mais également de la continuité de l’installation urbaine sur plus de deux millénaires. Citons notamment les musées Gadagne qui abritent le Musée d’Histoire de Lyon et le musée des Marionnettes du Monde, et très bientôt, le Musée des Confluences, à l‘architecture futuriste, installé au confluent du Rhône et de la Saône. A 30 km au sud de Lyon, le site archéologique de Saint-Romain-en-Gal – Vienne, offre sur plus de trois hectares les vestiges d’un quartier de la ville romaine de Vienne. Plus au Sud le touchant Musée des Mariniers du Rhône à Serrières, retrace l’histoire de la navigation par le halage de la fin du XVème à la première moitié du XIXème siècle. Toujours plus au sud, le château musée de Tournon, en Ardèche, offre un magnifique panorama sur le fleuve et les rives viticoles de Tain l’Hermitage. Il accueille cet été une exposition décentralisée du Musée du Quai Branly de Paris, « Image’N Magie » en écho à la Caverne du Pont d’Arc. Valence propose quant à elle la réouverture de son musée d’art et d’archéologie de Valence, situé dans l’ancien palais épiscopal sublimé par une extension contemporaine. Avignon, dans le Vaucluse, offre avec le Palais des Papes, la plus grande des constructions gothiques du Moyen Age. Et enfin à l’embouchure du Rhône, le Musée départemental de l’Arles antique accueille depuis peu le chaland romain sorti du Rhône en 2010, un bateau à fond plat, le mieux conservé au monde, d’ailleurs classé « trésor national ».

Un réseau de sites muséaux et patrimoniaux valorisant les fabuleuses histoires de la navigation a été créé il y a quelques années autour des nombreuses collections qui relatent l’histoire du Rhône et celle de l’aventure humaine : www.viarhona.com/loisirs-sur-rhone/cap-sur-le-rhone

 

ViaRhôna, un prétexte à l’itinérance oenotouristique

Le vignoble le long du fleuve Rhône a véritablement été façonné par la main de l’homme. Les romains firent des travaux colossaux de défonçage, de plantation, et de construction de terrasses pour y accueillir des vignes. Ces vignes, plantées sur les rives droite et gauche du Rhône, donnent un cachet unique à cette région viticole, avec des coteaux exposés plein sud, telle la célèbre appellation « Côte Rôtie », qui porte si bien son nom.

Ainsi, baguenauder au fil du fleuve permet il de déguster les différents crus des vins de Savoie et des vins de la Vallée du Rhône, alliés aux produits emblématiques des terroirs traversés.

Cette balade oenotouristique commence à 40 kms de Genève avec le vignoble des vins de Savoie, l’unique vignoble de montagne en France et l’appellation Seyssel au pied de la Chaîne des Alpes. Plus au sud, on trouve les appellations Chautagne, Jongieux...  au-dessus du lac du Bourget, des vins à déguster avec les poissons emblématiques des lacs alpins (lavaret ou féra et omble chevalier). Sur l’autre berge du Rhône, le vignoble du Bugey, plus secret, avec notamment le secteur de Montagnieu, se distingue sur certaines portions par ses pentes abruptes plongeant vers le fleuve.

Lyon, capitale mondiale de la gastronomie, reste l’étape incontournable avec ses fameux « bouchons » où l’on déguste quenelle et autres cochonnailles et ses nombreux chefs étoilés dont Paul Bocuse surnommé le Pape de la Gastronomie. Au sud de Lyon, la vallée du Rhône déploie son vignoble (le 2ème en France) depuis 2000 ans sur les coteaux en terrasse. C’est ici que l’on trouve les crus prestigieux des Côtes du Rhône septentrionales tels les Côte-Rôtie, Condrieu, Saint-Joseph, Château-Grillet, Hermitage, ou Crozes-Hermitage... à découvrir dans de nombreux domaines viticoles de renom ou à l’école de dégustation M. Chapoutier à Tain l’Hermitage. A Tain d’ailleurs, chocolat et vin se marient depuis l’ouverture de la Cité du Chocolat Valrhôna. A Valence, les épicuriens pourront goûter à la cuisine exceptionnelle d’Anne-Sophie Pic, unique femme chef triplement étoilée au guide Michelin. Autour de Montélimar, le long de la mythique RN 7, une pause sucrée s’impose avec le nougat et la visite d’une nougaterie traditionnelle. D’autres vignobles sont à découvrir le long du fleuve : Côtes du Vivarais et Grignan-les-Adhémar aux portes de la Provence, le fameux Châteauneuf du Pape près d’Avignon, ou encore les Costières de Nîmes.

Partout le long de la vallée du Rhône des territoires labellisés Vignobles & Découvertes se sont organisés pour offrir le meilleur accueil et les prestations les plus adaptées aux amoureux du vin. Rhône-Alpes en compte 6 : Savoie Lac du Bourget, Cœur de Savoie, Vallée du Rhône Condrieu – Côte Rôtie, d’Hermitage en St Joseph, de Cornas en St Péray et Beaujolais des Pierres Dorées. Tous les produits emblématiques du terroir (rigotte de Condrieu, fruits de la Vallée du Rhône, pêches de l’Ardèche, abricots de la Drôme, riz de Camargue...) qui jalonnent le parcours du fleuve sont à déguster dans les nombreux restaurants et auberges qui ponctuent l’itinéraire du touriste.

 

En savoir plus sur ViaRhôna

A l’occasion de la Fête du vélo, les 31 mai & 1er juin 2014, la Région Rhône-Alpes, la Compagnie nationale du Rhône et Rhône-Alpes Tourisme organisent un évènement grand public dédié à la valorisation de la ViaRhôna autour de multiples animations.

Aujourd’hui, on peut retrouver toutes les informations sur www.viarhona.com : itinéraires, loisirs, idées de séjours, et informations pratiques, mais également en voir et savoir plus, grâce à la mise en ligne d’une web TV dédiée : www.viarhona.tv.

De plus, une carte touristique ViaRhôna sera disponible gratuitement dans les offices de tourisme et partenaires (hébergeurs, restaurants,…) le long de l’itinéraire, fin avril 2014.

Une page facebook pour relayer l’actualité de la véloroute voie verte est aussi disponible pour les internautes usagers : www.facebook.com/viarhona

Pour la presse et les acteurs du tourisme et du vélotourisme, le compte twitter apporte des informations plus professionnelles sur notamment les aménagements en cours : www.twitter.com/viarhona

 

 

Le tourisme à vélo en France

Le tourisme à vélo renforce l'attractivité et l'économie touristique des destinations, il est peu nuisible à l'environnement et très accessible. L'État s'emploie à stimuler son développement, pour conforter la France dans sa place de leader mondial pour cette niche touristique en devenir.

Activités économiques liées au vélo :

  • 35 000 emplois, dont 16 500 emplois touristiques.
  • 4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires total, dont :
  • 44% pour le tourisme à vélo, soit 1,9 milliard d'euros,
  • 50% en hébergement et restauration

http://www.francevelotourisme.com

http://www.departements-regions-cyclables.org

http://www.dgcis.gouv.fr/tourisme/tourisme-a-velo

 

 

Contacts

Raphaëlle Nicaise
Attachée de presse
Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus