Du train à l’aiguille du Midi, c’est direct !

Publié le 23 juillet 2009
Poursuivant la politique engagée aux côtés des collectivités locales afin de favoriser les déplacements par le train, la Région Rhône-Alpes s'est associée à la Commune de Chamonix-Mont Blanc, au SIVOM de la Haute Vallée de l'Arve, à la SNCF et RFF pour la réalisation d'une nouvelle halte ferroviaire située à proximité de la gare de départ du téléphérique de l'aiguille du Midi. Un plus pour réduire le trafic routier dans la vallée de Chamonix.

Le 25 février 2006, Bernard Soulage, Premier vice-président de la Région délégué aux transports, déplacements et infrastructures, Guillaume Pepy, alors directeur général de la SNCF devenu depuis son président, et Hervé Saulignac, président de Rhône-Alpes Tourisme, avaient inauguré aux côtés des élus de la vallée de Chamonix, une navette ferroviaire qui permettait de se rendre directement au départ des remontées mécaniques de Vallorcine. La Région avait investi 8 millions d'euros pour acquérir deux rames supplémentaires, somme à laquelle il faut ajouter 8 millions au titre du fonctionnement annuel, afin de garantir un cadencement régulier et d'offrir une véritable alternative au transport routier. Une alternative réelle puisque les partenaires s'étaient engagés à offrir la gratuité du transport aux résidents permanents et secondaires ainsi qu'aux travailleurs saisonniers et aux vacanciers disposant d'une carte d'hôte !

Depuis le 5 juillet, ce dispositif s'est encore amélioré grâce à la création d'une halte ferroviaire* située à proximité immédiate de la gare de départ de l'aiguille du Midi, le troisième site rhônalpin le plus visité avec 462 000 clients, le premier étant le chemin de fer du Montenvers, toujours à Chamonix, avec 819 819 montées.

Cette halte ferroviaire aura coûté environ 430 000 € répartis entre la Région Rhône-Alpes pour 235 000 € (54,7 %), la Ville de Chamonix-Mont Blanc 140 000 € (32,6 %), le SIVOM de la Haute Vallée de l'Arve pour 35 000 € (8%) et la SNCF pour 20 000 € (4,7%).

Soumise à une congestion routière importante liée au trafic du tunnel du mont Blanc et à l'afflux touristique l'hiver et l'été, la vallée de Chamonix ne peut donc que se réjouir de ce développement de l'offre ferroviaire, le nombre des fréquences quotidiennes étant passé de treize à dix-sept durant la saison hivernale et estivale. Une évolution qui réjouit donc tous ceux qui sont particulièrement sensibles à la préservation de l'environnement au premier rang desquels figure Bernard Soulage. Pour lui, « parce que nous sommes tous responsables de la préservation unique du massif du mont Blanc et de l'aiguille du Midi, développer le train dans la haute vallée de l'Arve est sans conteste la réponse adéquate apportée aux besoins de déplacements des touristes comme des habitants. Coordonner des trains et remontées mécaniques l'hiver ou trains et téléphérique de l'aiguille du Midi comme cela vient d'être fait concrétise le travail partenarial mené entre la Région et les collectivités locales pour que la voiture ne soit plus l'unique moyen de se déplacer là -haut ».

Grâce à cette nouvelle halte ferroviaire baptisée Chamonix – aiguille du Midi, on peut venir de toute l'Europe en train jusqu'à Saint-Gervais et embarquer ensuite à bord de la navette ferroviaire qui dessert la vallée de Chamonix. De quoi donner du crédit à la nouvelle campagne de Rhône-Alpes Tourisme déclinée sur le thème de « Ce que nous avons de plus précieux, nous vous l'offrons ».

Commentaires
comments powered by Disqus