Eau et climat : même Combat

Publié le 25 octobre 2010

Aujourd'hui, et notamment au cœur des dynamiques touristiques de toutes ordres, l'importance de l'eau en montagne est présente dans toutes les réflexions de développement, d'aménagement des territoires. Des préoccupations qui étaient à l'ordre du jour des Etats Généraux de l'Eau en montagne qui se déroulaient à Megève fin septembre. Techniciens, gestionnaires, politiques ont admis : eau et climat, même combat.

La Région Rhône Alpes avec sa multitude de cours d'eau, destination touristique s'il en est avec le Massif des Alpes et une partie du Massif Central, se pose au centre de l'Europe. Depuis quelques années la Région accompagne les dynamiques d'éco management qui se développent sur son territoire avec en toile de fond eau et climat. L'eau est indissociable de toutes les dynamiques touristiques : baignade, golf, ski, bien être, sports nautiques, biodiversité, énergie... Confrontée à la concurrence des usages l'eau nécessite une réflexion globale impliquant tous les acteurs. Le début du XXIè siècle, le réchauffement climatique ont clamé une réalité déjà présente chez les socio professionnels.

Quel chemin parcouru depuis le premier colloque de l'eau en montagne initié par Marc Béchet et Pierre Lachenal qui se déroulait à Megève en 2002. Désormais reconnue comme une priorité planétaire elle montre les mêmes urgences que climat. Un constat partagé alors que nombre de questions restent en suspens. Comment préserver la ressource en eau, en concilier la complexité des usages, quand les besoins ne cessent de croître. Les travaux présentés ont unanimement entendu qu'il était urgent de changer nos comportements. Selon Alain Chabrolle, vice président de la Région Rhône Alpes, délégué à la santé et à l'environnement «Si la solidarité amont aval existe déjà , elle doit se penser aval amont, qui compte de grandes sources de pollution».

Pour le député Européen Michel Dantin « Megève 2010 représente une étape importante sur la route du Forum Mondial de l'eau qui se déroulera à Marseille en mars 2012. Il est nécessaire que soit associé aux propositions internationales, nationales, le local et de partager la connaissance.» Discours incantatoire s'il en est car le député de poursuivre : « Les PCB sont le fruit de l'ignorance des collectivités durant le 20è siècle. Le premier objectif de la DCE est de réparer mais nous n'avons pas toutes les clefs. » Tous les participants, ont adhéré au souhait de ne pas être dans le « jour d'après ».

 

Un Giec de l'eau ?

Dominique Raynaud, membre du GIEC a proposé « A l'image de la plateforme scientifique et technique de réflexion et d'échange crée à Megève il y a 8 ans, ne pourrait-on envisager, à un niveau inter gouvernemental, l'émergence d'un GIEC de l'eau, un peu à l'image du GIEC du climat. » Avec le RIOB (Réseau International des organismes de bassin) les bases de cette plateforme existent déjà , mais en terme de « vulgarisation », de médiatisation, de budget, la lecture de son travail est moins opérante.

Ces journées denses, riches de témoignages et d'expériences ont mises en lumières des territoires o๠l'économie repose essentiellement sur le tourisme. Megève, site pilote pour Alp Watter Searce et ses capacités a montrer une gestion intégrée qui prend en compte les paramètres induits par la multiplications des usages et l'accroissement des besoins. Aussois, petite station de ski de Maurienne, située au cœur de la vallée la plus équipée de toutes les Alpes en matière d'hydroélectricité a choisi de fédérer sa population afin de parvenir à coordonner usages touristiques, énergiques, environnementaux, écologiques dans une gestion intégrée dite communautaire.

Témoignages, constats, analyses, toutes les données des territoires montagneux des Régions Françaises, a l'instar de celles des préoccupations de tous les continents, se sont croisées, superposées pour aboutir à la même résolution : définir une gouvernance efficace de l'eau que les montagnards pourront faire entendre lors du Forum de Marseille 2012. Selon tous les acteurs présents, il est dores et déjà essentiel de s'adapter aux mutations des enjeux induits par le réchauffement climatique. Et Sylvianne Grosset Janin, maire de Megève, d'ajouter : « Nous, station de montagne, sommes prêts à être des lieux d'expérimentation technique. Ces journées sont un encouragement dans le travail mené de bonne gestion de la ressource. » Le Sénateur Jean Paul Amoudry y est allé de son interrogation : « Quand on se situe dans le jour d'avant, comment éclairer la décision des politiques dans la refonte de la politique de l'eau ? » Pour faire suite à ce rendez vous international, les coordinateurs locaux de la « Charte Nationale en faveur du développement durable dans les stations de montagne » de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM) se sont retrouvés le 29 septembre pour faire le point sur les actions concrètes menées par professionnels des stations afin de préserver la ressource.

Johana Trossat

Commentaires
comments powered by Disqus