La Région réfléchit au devenir de la montagne

Publié le 20 février 2012

Le 27 janvier, Jean-Jack Queyranne, président du Conseil régional Rhône-Alpes, avait convié à la Région de nombreux acteurs du monde associatif, économique et politique à participer au lancement d’une importante réflexion consacrée au devenir de la montagne. Intitulée « Montagne 2040 : une démarche innovante pour penser autrement avec les jeunes », cette démarche prospective et participative innovante a pour but de mesurer la pertinence du modèle de développement actuel et de proposer des solutions nouvelles.

  “un maximum de jeunes y seront associés…” « La montagne couvre les trois quarts du territoire de Rhône-Alpes et il est nécessaire de repenser le développement des zones de montagne, car le modèle de développement adopté il y a cinquante ans atteint ses limites en raison des bouleversements climatiques, sociaux et économiques. Il nous revient aujourd’hui la responsabilité d’ouvrir une autre voie à l’image de ces générations d’alpinistes qui se sont succédées sur les parois et sommets de Rhône-Alpes ». C’est par ces quelques mots que Jean-Jack Queyranne a ouvert la matinée de réflexion intitulée « Montagne 2040 : une démarche innovante pour penser autrement avec les jeunes ». Cette démarche, lancée avec Claude Comet, conseillère régionale déléguée au tourisme et à la montagne, se veut originale et participative. Elle se poursuivra tout au long de l’année avec l’organisation de nombreux ateliers, rencontres et consultations. Et un maximum de jeunes y seront associés. Jean-Jack Queyranne estime qu’il « faut prendre en compte l’urgence écologique » et profiter de « notre savoir-faire et de nos capacités d’innovation » avant de conclure son propos sur une note optimiste affirmant : « Nous avons beaucoup de raisons de croire en l’avenir de nos régions de montagne ».   Pour lancer les pistes de cette réflexion, la Région avait notamment invité Louis Besson, l’un des pères de la Loi montagne, ancien ministre et président de Chambéry métropole. Mais aussi des représentants de régions voisines comme l’Auvergne, avec André Marcon, maire de Saint-Bonnet-le-Froid, et Joël Giraud, maire de L’Argentière-La Bessée, ainsi qu’Enrico Borghi, élu italien.   “le rêve de la montagne n’est pas mort” Louis Besson a rappelé les raisons qui avaient conduit à l’élaboration de la Loi montagne dans les années 80 et estime qu’il faudrait contourner les mêmes obstacles qu’à l’époque si une nouvelle Loi montagne devait voir le jour. Parmi les nombreuses interventions, retenons encore les propos du géographe Martin Vannier ou ceux de Bernard Soulage, vice président à l’Europe et aux relations internationales de la Région. Le premier parle « de monturbanisation depuis les années 60 » avant de remonter plus loin dans le temps pour aider à comprendre de quelle manière la vie en montagne a évolué. Quant au second, il exprime quelques craintes. Pour lui, il est nécessaire « de convaincre Bruxelles qu’on peut vivre et travailler à la montagne. Vu de Bruxelles, il faut innover pour être compétitif et il faut gagner cette bataille de la reconnaissance ». Citons encore Sarah Boukaala, conseillère déléguée à la jeunesse, qui invite « à réfléchir à la montagne en 2040 avec les jeunes qui ont des projets à court et moyen termes ». Et laissons le mot de la fin à Claude Comet : « Associons plus largement les jeunes socio-professionnels, les jeunes de la montagne à la réflexion que nous avons engagée. Le but est d’arriver à un manifeste qui permettra de nourrir le futur de nos politiques, de voir le champ des possibles en fonction de la raréfaction des ressources, du changement climatique et de la biodiversité menacée. Nous devons nous réinterroger nous-mêmes et le rêve de la montagne n’est pas mort ». Cette réflexion se prolongera tout au long de l’année et pourrait voir ses premières conclusions dévoilées au mois d’octobre lors des Assises européennes de la montagne (8ème édition) qui se dérouleront à Chambéry.   Pour en savoir plus   Pour plus d'actualités, suivez le fil Twitter LacMontagne-RA

Commentaires
comments powered by Disqus