La Région Urbaine de Lyon mise sur le tourisme métropolitain

Publié le 16 mai 2011

Valoriser la diversité et les complémentarités des différents territoires qui composent l’espace métropolitain pour enrichir l’offre touristique en créant de nouveaux produits. Tel est le parti pris du séminaire intitulé « Tourisme métropolitain et territoires, des valeurs à ajouter », organisé le 21 avril par la Région Urbaine de Lyon (RUL), avec le soutien de la Direction de l'Ingénierie de Rhône-Alpes Tourisme. Suivie par une centaine de participants, cette journée avait pour objectif de réunir les acteurs du tourisme pour imaginer ensemble de nouveaux projets.

 

Dès le début des années 2000, la Région Urbaine de Lyon (RUL) avait souligné la valeur ajoutée de l’échelle métropolitaine dans le domaine du tourisme et des loisirs de proximité, en organisant notamment un forum sur le sujet. Par la suite, elle a développé le projet-pilote des « Utopies réalisées » qui valorise aujourd’hui le patrimoine architectural du XXème siècle en mettant en réseau cinq sites de la région lyonnaise situés à Firminy, Givors, Eveux, Lyon et Villeurbanne. Autant dire que la démarche ne part pas zéro en termes de réflexion et d’expérimentation. En collaborant en ce sens, la RUL et la Direction de l'Ingénierie de Rhône-Alpes Tourisme font, à côté de la métropole parisienne, œuvre de pilote sur ce terrain.

 

tourisme métropolitain« Le 21 avril, nous avons réuni une centaine d’acteurs du tourisme au musée de Saint-Romain-en-Gal, l’objectif étant de les faire réfléchir à de nouveaux projets de mise en tourisme à l’échelle de la métropole », rappelle Anne Dubromel, directrice de la RUL. « Nous avons évoqué des thèmes fédérateurs (2 000 ans d’histoire, du gallo-romain à la ville contemporaine ; terroirs et villes, territoires gourmands et festifs ; sciences, techniques, savoir-faire et inventions ; itinérance et modes doux : la voie verte des confluences) et les participants ont été invités à réfléchir au sein de quatre ateliers.à des pistes d’actions.Jean-Paul Bret, délégué des coprésidents de la RUL, a dressé le bilan de cette journée et nous allons faire une synthèse des idées émises qui sera prochainement publiée. Parmi l’ensemble de ces idées, nous en retiendrons quelques unes avec les acteurs du tourisme de notre territoire, pour envisager leur réalisation concrète. »

 

Directeur général adjoint de Saint-Étienne Métropole, une communauté de communes qui représente 400 000 habitants sur les 3 millions que compte la RUL, François Duval, a notamment participé à l’atelier qui avait pour thème la voie verte des confluences qui reliera à l’horizon 2020 les gorges de la Loire, à l’ouest, au confluent de l’Ain et la Bourbre avec le Rhône à l’est. « Cette voie verte intègrera une partie du tracé de la ViaRhôna au sud de Lyon et elle constitue un véritable élément fédérateur. Nous sommes la seule métropole traversée par deux des principaux fleuves français et ce séminaire portait surtout sur le positionnement géographique de cette voie verte afin qu’elle devienne le support d’un tourisme de proximité et de destination. Nous avons pu faire émerger un certain nombre d’idées et de concepts autour des sites à mettre en valeur et d’hébergements innovants. On peut imaginer des offres de tourisme packagées qui marieraient le transport fluvial, le fer et le vélo pour inventer une itinérance très libre autour d’un parcours fait d’éléments innovants tels que le design. Et il est clair que la dimension métropolitaine peut seule permettre de donner une visibilité nationale et internationale à cette voie verte des confluences. La RUL est la bonne échelle pour cela ».

 

Consultant chez Nova 7, une structure spécialisée dans les problématiques d’innovation, Émile Hooge a suivi avec d’autant plus d’intérêt ce rendez-vous qu’il avait été impliqué dans la réflexion portant sur les Utopies réalisées. « Il est clair qu’il faut trouver des éléments fédérateurs du même type. Il ne doit pas s’agir de simples juxtapositions d’activités car cela ne suffit pas à faire émerger des projets communs qui donnent envie aux acteurs de travailler ensemble et aux touristes de venir. Je trouve très intéressant le principe de réfléchir à des projets fédérateurs qui suscitent l’enthousiasme autour de valeurs communes. Il faut qu’il y ait une suite à cette journée car je suis convaincu qu’on peut mobiliser des groupes de travail autour de trois ou quatre idées. Il faut donc faire un travail de compilation de ces idées et développer rapidement les concepts les plus porteurs ».

Commentaires
comments powered by Disqus