Le Bois Basalte

Lauréat Trophées Innovation & Tourisme 2015

Publié le 12 février 2015

Le Bois Basalte est le fruit de l’imagination de quatre jeunes architectes, Julien, Lise, Mathilde et Sébastien.  Situé sur  les hauteurs de Sauterre, à 900m d’altitude en Auvergne, ce hameau insolite et éco-responsable abrite huit cabanes construites dans une démarche environnementale globale pour doter les constructions d’un impact moindre. Ce projet, récompensé par un Trophées Innovation & Tourisme 2015 est une invitation au séjour entre architecture et nature. Le hameau propose une halte pédagogique retraçant l'histoire du lieu. Les cabanes font corps avec le paysage, entre tradition et modernité, le bois prédomine. Chacune est équipée de toilettes sèches, d’une chaudière à granulés pour l’eau chaude des salles de bains et d’un poêle à bois. L’endroit mêle écologie et nouvelles technologies, on y trouve internet, aussi bien que des espaces de bien-être. Les cabanes font corps avec le paysage. Plus qu’un concept, ces constructions sont une « manière de penser » explique Julien Peltier, qui aimerait que le bois Basalte devienne la vitrine de cet art de vivre labellisé Nattitude par la région Auvergne, mêlant intelligemment écologie et nouvelles technologies.

 

Le Bois Basalte, un hameau insolite

Récompensé lors des Trophées Innovation & Tourisme 2015, Mathilde Richard l’une des architectes et gérante du Bois Basalte, revient sur le projet, de sa conception à sa réalisation.

 

- Comment vous est venue l’idée de ce concept ?

Tout d’abord, l’équipe du Bois Basalte existe depuis plusieurs années. Nous avons appris à nouer des liens et à développer notre aptitude à travailler ensemble.  Ce n’est qu’après 5 années d’exercice du métier d’architecte dans des structures et des lieux très différents que nous avons fait mûrir notre désir de développer un projet personnel.  Ce projet est né avec l’envie de construire pour nous et par nous-même. Nous voulions mêler notre passion et l’amour de notre territoire afin de communiquer sur l’architecture, notre premier métier. Et c’est en diversifiant notre activité que le tourisme s’est imposé à nous. Il est le moyen qui nous semble idéal pour communiquer autour de notre ferveur pour l’architecture et  proposer des expériences d’espaces innovants. Il s’agit pour nous d’accompagner la qualité architecturale par un art de vivre ensemble et par des préoccupations environnementales... Parce que le tourisme n’est jamais une fin en soi, nous choisissons, au même titre que les agriculteurs avec le concept d’accueil à la ferme, de mêler activités professionnelles et tourisme. Etre acteur d’un projet de A à Z, de la conception à la gestion, en passant par la construction était une vraie valeur ajoutée pour nous et ce défi était de taille.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Il faut savoir qu’il est très difficile de monter un projet architectural en respectant les contraintes liées à l’urbanisme. Cela  constituait un véritable défi.  Notre principale difficulté était d’assurer notre crédibilité face aux banquiers. Nous avons souvent entendu des mots comme «  trop jeunes », « pas d’expérience dans le tourisme », « pas assez de recul sur ce type d’activité ».. Bref, un vrai parcours du combattant pour obtenir un financement et pour valoriser notre projet auprès d’une banque. En ce qui concerne les autres difficultés, la question du salaire est importante. Quand on démarre une activité, il faut le temps qu’elle se lance, et pour nous quatre, il était difficile de se sortir un salaire puisque nous devions subvenir aux diverses dépenses du projet.  Une fois le projet "finalisé" (non abouti encore) , le plus difficile était de se faire connaître et de valoriser notre projet à travers une communication plurielle.

Qui vous a aidé dans votre projet ?

Pour mener à bien ce projet, nous avons eu la chance de bénéficier de plusieurs accompagnements. Une aide précieuse qui nous a permis de tenir bon et de réaliser ce hameau. Parmi les aides reçues, nous avons eu la chance de travailler avec le Smad des Combrailles qui nous a proposé un accompagnement à la création d’entreprise avec l’apport d’un réseau qualifié pour nous mettre en relation avec les bonnes personnes au bon moment .

La Chambres du Commerce et de l’Industrie (CCI) de notre territoire nous a également beaucoup aidé, notamment à travers des conseils, de l’aide pour la mise en place des dossiers de demande de subventions et une mise en relation avec les acteurs du tourisme.

La Mairie de Manzat  nous a également soutenue face aux problèmes d’urbanismes rencontrés. Il faut savoir que les municipalités sont généralement enthousiaste face aux jeunes porteurs de projet, c’est en tous cas ce à quoi nous avons eu le plaisir de nous confronter. C’est aussi grâce à la mairie que nous avons pu acquérir ce terrain.


La Région Auvergne et le Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne  (CRDTA) ont contribué à notre projet dans le financement de l’étude de marché et de notre projet à hauteur de 15%. Sur la partie communication, leur aide a été précieuse suite à la diffusion de communiqués de presse.  Le département nous a aussi financé à hauteur de 15%.
 

Pour finir, nos familles nous ont également  apporté un grand soutien moral et de précieux coups de mains pour nous pousser à vivre cette expérience. C’est un réel plus d’être soutenu dans une aventure comme celle-ci.

 

Avez-vous atteint vos objectifs ?

En ce qui concerne cette question, nous avons deux réponses bien distinctes. D’une part, nous avons atteint un premier objectif qui était d’accueillir des clients dans nos cabanes. Grâce à cela, nous pouvons avoir une idée sur notre concept, et nous sommes plutôt ravis d’avoir de bons retours. Les clients sont satisfaits puisque nous avons de plus en plus de réservations.

D’autre part, le chantier n’est pas encore terminé ce qui contraint notre activité. Mais les choses avancent ! Le retard du chantier ne nous permet que de nous verser de petites rémunérations ce qui reste encore un objectif futur.

Quelle est votre cible de clientèle ?

Notre cible de clientèle est assez plurielle. Elle va des marcheurs en couples ou en famille aux urbains en manque de nature qui cherche un endroit où se ressourcer. En terme de nationalité, nous ciblons les français, les belges et les hollandais qui sont avides des grands espaces et de nature, tout comme les touristes vert.

Quelle stratégie pour l’avenir ? (vos projets)

* Ah Ah!? Affaire à suivre!

 

Le Bois Basalte en images

 

De la conception à la réalisation, retour en vidéo

Contacts

Stéphanie Heritier Da Cunha
Innovation - Service Professionnalisation
Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus