Les Européens connectés, même en vacances !

Publié le 07 août 2013

Rhône-Alpes Tourisme ainsi que 16 autres CRT de France se sont associés au Comité régional du tourisme de Bretagne en partenariat avec la Fédération Nationale des Comités Régionaux du Tourisme (FNCRT) pour réaliser une étude sur l’utilisation par les clientèles européennes des réseaux sociaux et des applications mobiles. Cette enquête a été réalisée par le bureau d’étude Toluna en novembre-décembre 2012, auprès de 10 500 européens (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni) ayant séjourné en France ou en Europe au cours des deux dernières années.

Plus de 70% de la population mondiale est abonné à un réseau de téléphonie mobile et plus de 30 % est connecté à Internet.

Avec la chute des prix et la multiplication des transmetteurs, on peut raisonnablement imaginer que cette proportion va très vite augmenter : bientôt la majorité des habitants de la planète (désormais urbaine) aura accès au web et en fera un usage quotidien. Le secteur du tourisme n’est pas épargné par cette révolution et doit s’adapter. En effet, aujourd’hui, plus de 80% des voyageurs utilisent cet outil, que ce soit en amont, au cours ou en aval de leur séjour. Qu’en est-il précisément de l’utilisation d’internet, notamment via les téléphones portables, et de la présence sur les réseaux sociaux ? Constate-t-on des comportements homogènes selon les marchés ?  

 

Google ? Oui, mais pas que…

On le sait, près de 80% des touristes européens préparent leur séjour sur Internet et plus de 70% réservent par ce biais. Mais la recherche d’information demeure multicanaux: au-delà des moteurs de recherche, le recours au bouche-à-oreille direct (famille, amis et collègues), aux conseils des agences de voyages ou encore aux supports papiers comme les guides touristiques demeure fréquent. Le bouche-à-oreille, vecteur traditionnel, prend une nouvelle forme grâce aux réseaux sociaux, en 5ème position parmi les outils privilégiés, résultat plutôt étonnant au regard de leur courte histoire. Ainsi, la lecture des avis et commentaires de consommateurs devient systématique et plus d’un touriste sur trois consulte les réseaux sociaux, surtout leurs relations amicales (67%) ou familiales, plutôt que de pages institutionnelles (27%) ou de prestataires privés (25%). La maturité des européens sur ces outils n’est pas homogène : systématique chez les Espagnols, cette pratique est en revanche beaucoup moins répandue chez les Belges et les Néerlandais qui ne sont pas encore convertis au web communautaire. Et les sites privilégiés diffèrent également selon les nationalités. Si Tripadvisor (12%), Google (10%), Booking (5%) et Zoover (5%) sont généralement les plus plébiscités par les européens, les Allemands préfèrent  Holidaycheck (que ce soit pour l’avant ou l’après séjour). Facebook est le premier réseau social consulté cité (62%), loin devant le second, Twitter (17%), la encore avec des spécificités nationales : Facebook est consulté par 74% des Français, alors qu’il ne l’est qu’à 46% par les Néerlandais, tandis que Twitter est davantage utilisé par les Britanniques et les Espagnols (respectivement 24% et 22%), que par les Allemands et les Belges (10%). Google+ et Wer-kennt-wen sont utilisés plus largement par les Allemands, Tuenti par les Espagnols et Toluna davantage par les Néerlandais. Le Smartphone est le futur allié de la préparation et de la réservation des séjours. Pour l’heure, le Smartphone est principalement utilisé pour consulter ou télécharger des guides touristiques. Toutefois, déjà 31 % des utilisateurs l’utilise pour préparer ou réserver le séjour. Près de 72% d’entre eux échangent avec des touristes sur les réseaux sociaux pour préparer ou réserver leur séjour.

 

Connectés, même en vacances !

Internet fait partie intégrante de la vie des Européens : 67% d’entre eux restent connecté pendant leurs vacances avant tout afin de rester en contact avec leur environnement quotidien : la famille (58%), les « amis » (25%) et le travail (24%), mais aussi pour la recherche d’informations touristiques, la réservation de prestations et l’accès aux avis d’autres touristes. Dans cette recherche de prestation on notera que les Français sont les plus portés sur les restaurants (25% de citations) alors que Britanniques et Italiens privilégient les sorties (31% et 30% de citation) et que les Allemands s’orientent plus vers les visites (25% de citation). Le recours aux dernières innovations technologiques de communication comme le QR Code ou la réalité augmentée est, en revanche, peu cité. Le téléphone portable devient l’équipement indispensable pour la recherche d’informations bien définies et localisées : météo, le trafic (59% des touristes), restaurants à proximité (46%), géolocalisation d’un site ou d’un équipement (43%), la recherche d’informations touristiques (42%), le partage de photos et d’avis sur des réseaux sociaux ou la recherche d’adresses utiles (41%). Cependant moins d’un tiers des touristes a le réflexe d’utiliser le téléphone portable pour rechercher le guide des manifestations. 25% des touristes européens éprouvent encore des difficultés de connexion pendant leur séjour. On constate, là encore, des disparités entre les Européens. Ce taux atteint 35% pour les Britanniques. En revanche, il n’est que de 17% pour les Allemands. La question du prix de la connexion intervient dans 9% des cas comme motif de non connexion.  

 

L’évaluation numérique par les touristes des destinations : un enjeu majeur

Une enquête récente menée par TripAdvisor a montré que plus les établissements possèdent d’avis, de contenus et de réponses de la direction, plus ils attirent les voyageurs. Ainsi, les établissements possédant plus de 50 avis suscitent 38 % d’intérêt en plus que ceux qui n’en possèdent que 10 ! Nous l’avons vu, plus de 80% des internautes préparant leur séjour en ligne lisent les avis de consommateurs et mettent ainsi en évidence que l’évaluation numérique façonne durablement une destination en la différenciant de ses concurrents. Près de 4 Européens sur 10 réagissent et déposent régulièrement des avis, photos, vidéos, sur le web à leur retour de vacances. Cette proportion pourrait passer très vite à 2 touristes sur 3 si l’on y adjoint la proportion de ceux qui indiquent être susceptibles de déposer des avis concernant leurs futurs séjours.Les Espagnols et les Italiens sont les plus actifs (près de 50%) tandis que les Français et les Allemands sont presque deux fois moins nombreux. Les Allemands et les Belges sont les Européens les plus réticents en la matière. Facebook reste le réseau social incontournable également pour l’après-séjour (54%), loin devant Tripadvisor (7%).  

 

Consulter l’étude complète

 

Contact:  gerard.octroy@rhonealpes-tourisme.com

Commentaires
comments powered by Disqus