Les grandes tendances des vacances 2014

Enquête CREDOC

Publié le 06 mai 2015

Entre mi-2013 et mi-2014, trois français sur cinq (60 %) sont partis en vacances. Il faut remonter au début des années 2000 pour trouver des taux comparables. Après avoir oscillé entre 61 % et 65 % dans les années 1980 et 1990, la proportion de vacanciers avait baissé au début des années 2000 pour atteindre un point bas en 2008 à 52 %. Depuis, la proportion de partants est en augmentation tendancielle. Les intentions de départs sont également en légère hausse.

Pour préserver leur capacité de départ en vacances tout en tenant compte de leurs contraintes budgétaires, les Français ont recours à des solutions moins coûteuses, tout en préservant la qualité de leurs séjours, grâce à) des solutions originales :

  • Les « premières minutes » ou « dernières minutes » : ce bon rapport qualité-prix est la contrepartie d’une grande souplesse dans le choix de la destination ou au contraire d’une garantie apportée très tôt au professionnel et donc d’une visibilité du taux futur de remplissage de l’hébergement, du train ou de l’avion.

  • Le « package dynamique » : les professionnels proposent des formules associant des prestations haut de gamme (hôtels 4 étoiles) à des prestations « low cost » pour le vol par exemple.

  • L’économie collaborative : échange de logements ou covoiturage à l’occasion de trajets ponctuels comme les départs en vacances. Ces pratiques sont également favorisées par les sites internet de mise en relation entre offreurs et demandeurs.

 

Différents dispositifs d’aides financières contribuent également à réduire le coût des vacances, favorisant ainsi les départs. En 2014, près d’un Français sur quatre a bénéficié d’au moins une aide, alors que cette proportion était de un sur cinq en 2008.

 

Parmi les éléments privilégiés par les vacanciers pour le choix de leur destination, le cadre de vie local occupe une place prédominante. Un Français sur deux regarde d’abord ce critère. Cette priorité est cependant en baisse sensible : il y a dix ans, environ 60 % des Français l’affichaient.

À l’inverse, les animations festives et culturelles comptent de plus en plus dans le choix de la destination : si seulement 11 % des Français en faisaient leur premier critère de choix il y a dix ans, ils sont aujourd’hui 20 % à privilégier la proximité d’un festival ou d’une autre manifestation.

Contacts

Christelle Lepoutre
Chargée d'études Observation
Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus