Les Thermes de Saint-Gervais à fond dans le bien-être

Publié le 28 février 2011

Le 11 février, les Thermes de Saint-Gervais ont inauguré « Les Bains du Mont-Blanc », un parcours bien-être de 1 000 m2 basé sur l’utilisation de l’eau thermale unique en France. 2,2 millions d’euros ont été investis par le laboratoire Rivadis, gestionnaire du site. Un atout touristique supplémentaire pour Saint-Gervais et, au-delà, pour l’ensemble du pays du Mont-Blanc.

Heureux vacanciers qui ont choisi Saint-Gervais ou l’une des stations environnantes comme destination. Depuis le 12 février, ils ont à leur disposition un parcours bien-être utilisant l’eau thermale unique en France, Thierry Coffinet, directeur des thermes, certifiant « qu’il faut aller en Suisse ou en Italie pour trouver l’équivalent ». Inauguré la veille, cet espace baptisé « Les Bains du Mont-Blanc » couvre une superficie de 1 000 m2. Sa réalisation a été confiée par le laboratoire Rivadis, gestionnaire du lieu, à l’architecte Gaston Muller et à l’agence Scala pour le design très contemporain (on doit au premier la rénovation du refuge du Nid d’Aigle dans le massif du mont Blanc). 2,2 millions d’euros ont été investis dans l’aménagement et 20 000 clients supplémentaires sont attendus chaque année, soit un chiffre d’affaires de 800 000 € à 1 million en année pleine.

« Nous visons les vacanciers, la clientèle locale, les Suisses, Italiens, Britanniques et Russes nombreux à séjourner dans la région, prévoit Thierry Coffinet. C’est un produit très attendu par tous ceux qui apprécient la remise en forme à base d’eau thermale, qu’ils s’agisse de skieurs, randonneurs ou simples salariés ».

Le parcours est facturé 35 € alors qu’il vous sera réclamé 70 € en incluant un massage de base. Dix personnes accèdent au parcours toutes les dix minutes, sachant que « Les Bains du Mont-Blanc » ouvrent leurs portes tous les jours de 9h30 à 21 heures.

 

« Jusqu’à présent, nous faisions déjà plus de 40 000 soins individuels en cabine avec esthéticienne avec une clientèle à 80% féminine alors qu’elle est à moitié masculine en Suisse et en Italie, constate Thierry Coffinet. La différence entre ces pays et nous, c’est que nous n’avions pas d’espaces de bassin ou autre jaccuzzi et c’est la raison pour laquelle les hommes venaient peu. Le projet a donc consisté à remédier à ce handicap en créant ce parcours bien être en eau thermale (36°5 toute l’année, même lorsqu’il fait moins 10° dehors) où on ne vient pas uniquement pour se faire plaisir mais bien pour se remettre en forme et récupérer des efforts, qu’ils soient dus au travail ou à une pratique sportive ».

Le parcours dure entre 1h30 et 2 heures. Il débute par une étape de « lâcher prise » qui consiste à passer cinq à dix minutes à tout simplement respirer dans un cocon blanc, lumineux, dans lequel est projetée une arome d’oxygène. Le client passe ensuite cinq minutes dans une seconde alcôve où la relaxation porte sur les yeux, l’ouïe, la découverte de l’eau…… l’esprit s’évade.

L’étape suivante le conduit dans le rituel spa avec des bains de vapeurs à 48 et 50° réservés aux hommes et aux femmes ou mixtes.

Puis, le parcours mène alors dans un bassin d’eau tiède, dans lequel, après l’effort du « réchauffement » il est bon et nécessaire de se reposer dix à quinze minutes, Avant de déguster dans un grand fauteuil à côté du bar à eau où vous sont proposées des dégustations d’eau, de tisanes ou de thé.

Le temps de lé ré-énergisation vient ensuite, on sort à l’extérieur pour une promenade d’une bonne demi-heure dans des bassins avec de l’eau à 36,5°. Alcôves de massages, jacuzzi debout, lits d’eau, cascade, marche à contre courant,

Dernière surprise, cerise sur le gâteau, L’ultime étape débouche dans un espace de repos ou l’esthéticienne appliquera sur votre visage une noisette de crème hydratante.

Chacun étant alors libre de s’offrir un massage sous eau thermale d’une durée de 15 minutes ou un massage du monde d’une heure ou 1h30 selon la formule choisie !

 

www.thermes-st-gervais.com

Tél : 04 50 47 54 54

Commentaires
comments powered by Disqus