Lyon Tourisme un peu plus au service des Grands Lyonnais

Publié le 26 juillet 2010

Lancé en 2008 par l'office de tourisme de Lyon, rebaptisé Lyon Tourisme, et alors précurseur puisqu'il proposait chaque semaine quatre idées de loisirs pour le week-end aux habitants du Grand Lyon, le site http://www.monweekendalyon.com/ vient de subir un sérieux lifting. Ce relookage a pour objectif de présenter l'ensemble de l'offre loisirs des 57 communes du Grand Lyon à leurs habitants et, au-delà , aux Rhônalpins.

En 2008, l'office de tourisme de Lyon (Lyon Tourisme), avait fait figure de précurseur en lançant http://www.monweekendalyon.com/, un site présentant chaque semaine quatre idées de loisirs pour le week-end aux habitants du Grand Lyon. Un peu plus de deux ans après sa mise en ligne, Jean-Michel Daclin, vice-président du Grand Lyon en charge de la coordination du pôle économie, de l'attractivité et du rayonnement, Denis Trouxe, président de Lyon Tourisme, et François Gaillard, directeur général de la structure, ont décidé d'aller encore plus loin en présentant mi-juin la version relookée de ce site.

« Le Grand Lyon a souhaité la mise en place d'un outil présentant l'offre de loisirs de l'agglomération à ses habitants et, plus largement, aux Rhônalpins qui sont nombreux à fréquenter leur capitale régionale, explique François Gaillard. Pour développer ce site, il était donc logique de s'appuyer sur Lyon Tourisme qui a une bonne connaissance du tissu local. Cette démarche n'est d'ailleurs pas propre à Lyon car tous les offices se penchent sur le tourisme de proximité. Et, aujourd'hui, les habitants du Grand Lyon arrivent au troisième rang de nos clientèles derrière les touristes d'agrément et les touristes d'affaires ». L'objectif est donc d'inciter cette clientèle à consommer local en lui présentant la totalité de l'offre loisirs, culturelle et sportive du week-end. « Pour alimenter le site, nous nous appuyons sur la base SITRA en partenariat avec l'ensemble des membres du réseau régional  et sur des partenaires locaux tels qu'Allo Ciné pour le cinéma, Citizen Kid pour les loisirs en famille, Le Petit Bulletin pour l'actualité spectacle, Jazz Radio et Radio Espace pour les sorties nocturnes, L'Art de l'Éco pour les activités éco-responsables, Hétéroclite pour les événements et lieux gay-friendly et à? nous Lyon pour les loisirs urbains, détaille François Gaillard. Ce que nous avons voulu, c'est ne pas réinventer la poudre mais utiliser des gens qui ont un vrai ton dans le rédactionnel ».

Le site, décrit par le directeur de l'OT « comme une immense boîte à bonbons dans laquelle chacun va piocher en fonction de ses goûts », comporte plusieurs portes d'entrée en fonction des thèmes choisis et une autre porte d'entrée géographique afin que les internautes visualisent les événements proches de leur domicile. Une troisième porte permet en outre d'effectuer son choix selon qu'on est en famille, en couple, actif, festif, relax ou simplement curieux. Enfin, une dernière entrée, baptisée Youplalie, propose de bons plans en fonction de la météo, à moins de 10 €, entre amis ou à la sortie du travail...

Le site, décrit par le directeur de l'OT « comme une immense boîte à bonbons dans laquelle chacun va piocher en fonction de ses goûts », comporte plusieurs portes d'entrée en fonction des thèmes choisis et une autre porte d'entrée géographique afin que les internautes visualisent les événements proches de leur domicile. Une troisième porte permet en outre d'effectuer son choix selon qu'on est en famille, en couple, actif, festif, relax ou simplement curieux. Enfin, une dernière entrée, baptisée Youplalie, propose de bons plans en fonction de la météo, à moins de 10 €, entre amis ou à la sortie du travail...

Le choix est vaste et le lancement de http://www.monweekendalyon.com/ s'est accompagné d'une campagne de communication principalement sur le réseau Decaux et dans différents supports de presse. Des opérations de marketing de rue ont également été engagées dans plusieurs villes de Rhône-Alpes comme Annecy, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Saint-Étienne et Vienne.

La mise en place de ce site a pris six mois, la seule création du site représentant un investissement de 50 000 €. « Une semaine après le lancement, nous avions multiplié notre auditorat par cinq, affirme François Gaillard. Fin juin, nous avions près de 15 000 pages référencées sur Google et je pense qu'un tel outil est une première en France sur le plan de l'innovation, la technique et l'esthétique. à? Lyon, les gens étaient jusque-là très mal informés et c'est un beau bébé que nous allons présenter dans différents événements spécialisés dans la communication institutionnelle ».

Commentaires
comments powered by Disqus