Marcel Viard : l’Unat veut ‘’redynamiser le tourisme social et solidaire’’

Publié le 09 décembre 2014

Le nouveau président de l’Union Nationale des Associations de Tourisme et plein air Rhône-Alpes, élu en avril 2014, est déterminé à redorer le blason d’une activité à la fréquentation en baisse.


 

Vous venez d’être élu président de l’Unat Rhône-Alpes. Un choix naturel ?

Militant de toujours, j’ai découvert le tourisme solidaire et social en comité d’entreprise, chez EDF en Savoie. J’ai présidé l’association Savatou (Savoie Vacances Tourisme), regroupement de 200 CE, jusqu’en 2008 avant de prendre les rênes de l’Union Loisirs Vacances Familiales, gestionnaire de 18 villages de vacances. L’ULVF adhère à l’Unat, dont j’étais vice-président lorsque j’ai été sollicité pour prendre la suite de Frédéric Prelle.

 

Sous quelles priorités comptez-vous inscrire votre mandat ?

L’Unat, sur le plan national, affirme sa volonté de défendre et de redynamiser le tourisme social et solidaire. C’est une politique que nous allons porter au niveau régional. Rhône-Alpes est la première région d’accueil du tourisme social et solidaire et nous devons faire en sorte de maintenir le nombre de structures et de lits.

 

Quelles sont les raisons de cette baisse d’activité ?

Les contraintes financières et administratives induisent une baisse notable de la fréquentation des colonies. Mais les freins sont également culturels et nous devons nous battre pour redonner toutes leurs lettres de noblesse aux activités collectives.

 

Quels sont selon vous les moyens d’y parvenir ?

Nous avons besoin d’une véritable politique en direction des bénéficiaires du tourisme pour tous. La mise en place de la Maison Commune du Tourisme pour Tous, en 2012, est un premier élément de réponse sur le plan régional. Mais il faut continuer à interpeller sur l’importance du tourisme social et solidaire, dont nous allons réaffirmer les valeurs dans un livre blanc.

 

Quel sera l’objet de ce livre ?

Ce document, prévu pour le printemps 2015, nous permettra de sensibiliser les différentes forces politiques du pays, et plus largement l’ensemble des donneurs d’ordres, comme les CE qui tous, hormis ceux des grands groupes comme EDF ou la RATP, ont abandonné les colonies de vacances…

 

Sur quels autres axes allez-vous porter vos efforts ?

Nous poursuivons nos efforts en matière d’aides au départ. Nous faisons vivre la plate-forme de formation et d’insertion pour les jeunes créée à l’initiative de la CGT et de la CFDT et qui a déjà assuré la réinsertion de 400 jeunes. Enfin, nous allons intensifier notre positionnement en matière d’économie solidaire et sociale, dont le déménagement de nos locaux dans ceux de la Chambre Régionale de l’Economie Solidaire et Sociale Rhône-Alpes, l’été dernier, en est un exemple.

 

Quels sont les grands enjeux à ne pas rater ?

Nous sommes tributaires des décisions politiques en matière de regroupement des régions. Mais nous avons décidé d’anticiper en prenant contact avec l’Unat Auvergne, pour ouvrir une réflexion autour d’une future stratégie commune.

 

L’UNAT Rhône-Alpes en bref :

Fondation en 1985

41 adhérents, dont 21 régionaux et 20 nationaux

1ere région d’accueil du tourisme social et solidaire

380 établissements touristiques

55 000 lits

171 millions de chiffre d’affaires (2013)

6 millions de journées vacances (2013)

 

Voir aussi

Contacts

Muriel Antoniotti
Pôle Montagne - Tourisme pour Tous
Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus