Nouveau directeur pour le PNR des Monts d'Ardèche

Publié le 22 février 2011

Fabrice Di Russo est le nouveau directeur du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Créé en 2001, ce parc couvre 180 000 hectares et regroupe 132 communes représentant une population de 60 000 habitants. Parmi les objectifs qu’il s’est fixés, il prévoit d’ouvrir au public le Domaine de Rochemure à Jaujac, où le parc a son siège, de travailler à la révision de la charte du parc à l’horizon 2013 avec peut-être l’intégration de communes de la Haute-Loire au périmètre et de favoriser le développement de l’écotourisme avec la mise en place d’une charte européenne du tourisme durable.

Fabrice Di Russo, qui occupait auparavant les fonctions de directeur du développement territorial au conseil général de l’Ardèche, est le nouveau directeur du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche où il succède à Bernard Sanz. Pour mémoire rappelons que ce parc, l’un des quarante-six PNR français, a été créé en avril 2001. Il couvre une superficie de 180 000 hectares et 132 communes représentant une population de 60 000 habitants. Territoire de moyenne montagne avec une agriculture de pentes (châtaignes, myrtilles), de l’élevage ovin et une industrie textile ancienne dans les fonds de vallées, il est dominé par le mont Mézenc situé à la frontière de l’Ardèche et de la Haute-Loire.

Traversé par 3 000 kilomètres de cours d’eau, le PNR des Monts d’Ardèche couvre un tiers du département de Saint-Agrève au nord à la vallée du Chassezac au sud. Il est l’un des plus vastes de France et une équipe d’une quinzaine de chargés de mission s’emploie à accompagner les élus locaux dans leurs projets de développement.

« Le siège du parc est implanté depuis deux ans dans le Domaine de Rochemure, à Jaujac, localité proche d’Aubenas, rappelle Fabrice Di Russo. Il s’agit d’une ancienne ferme agricole fortifiée entourée d’une quarantaine d’espaces de verdure et j’ai pour ambition d’ouvrir le site au public et aux scolaires à partir de 2012 afin de montrer ce qu’est le parc, ses objectifs et son intérêt ». L’autre chantier sur lequel il va devoir se pencher est la révision de la charte du parc qui intervient au bout de dix ans. « Nous avons une dérogation ce qui permet d’aller jusqu’en 2012, précise-t-il. Cette nouvelle charte devrait donc être adoptée à l’horizon 2013. Il y a un gros travail de diagnostic à réaliser en amont afin de mesurer la perception du parc que les élus ont et de connaître leurs projets pour l’avenir. Nous allons donc frapper à la porte de chaque conseil municipal pour les entendre sachant que quelques communes devraient peut-être sortir du périmètre et d’autres y entrer. Enfin, des communes de la Haute-Loire pourraient aussi nous rejoindre ».

En dehors de ces aspects administratifs, Fabrice Di Russo entend bien faire du parc un acteur majeur du tourisme ardéchois en jouant à fond la carte de l’écotourisme. À ce propos, il évoque « la mise en place d’une charte européenne du tourisme durable », projet pour lequel le parc a déposé un dossier qui devrait aboutir fin 2011-début 2012. Pour lui, « il est nécessaire qu’une forme de tourisme se développe dans les vallées et les monts d’Ardèche à travers une thématique forte comme la châtaigne. Nous assurons déjà la promotion d’une dizaine de fêtes du type castagnades et une étude de l’Observatoire départemental du tourisme montre qu’elles séduisent les Ardéchois et les habitants des départements voisins. Elles correspondent à notre volonté de jouer la carte de l’écotourisme et permettent un étalement de la saison puisqu’elles se déroulent en octobre et novembre. Aujourd’hui, nous disposons de soixante-dix hébergements labellisés au sein du parc. Il s’agit essentiellement de Gîtes de France et Clés vacances ».

 

Plus d’infos :

www.parc-monts-ardeche.fr
http://www.decouverte-monts-ardeche.fr/

 

Commentaires
comments powered by Disqus