Parcs de Loisirs : quelles opportunités ?

Publié le 07 novembre 2005

L'étude Opportunite/Pertinence de création de parcs de loisirs en Rhône- Alpes a été réalisée par le cabinet conseil toulousain Adoc. L'objectif essentiel de l'étude a été d'identifier les facteurs clés du succès d'implantation d'équipements de ce type contribuant de manière tangible au développement d'un territoire. Le second objectif consiste à définir les éléments nécessaires à la prise de décision pour retenir, éventuellement, certains des projets de parcs dans un programme de développement régional. Dans les conclusions de cette étude, on notera la nécessité de s'appuyer sur l'identité des territoires et de chercher plutôt à renforcer les structures existantes. A noter la faiblesse de l'offre en parcs aquatiques et thématiques eau alors que la demande dans ce type de loisirs est de plus en plus forte.

Le marché des parcs de loisirs représente plus de 100 millions de visiteurs et un CA de 2 milliards d'euros (dont la moitié réalisée par Eurodisney). Le marché français est dominé par trois parcs à audience nationale ou internationale (Eurodisney, Planète Futuroscope, Astérix). On est parvenu au maximum de la clientèle et de la consommation. Les parcs d'attraction correspondent à des investissements très lourds de type privés (Walibi, Astérix, Aqualand = parcs anciens, Disney, Port Aventura (Espagne) = parcs nouveaux qui connaissent d'importantes difficultés financières). Les parcs à thème (Océanopolis, Futuroscope, Vulcania...) sont d'investissement public et à vocation pédagogique affirmée, vecteurs d'images, vitrines des territoires, gérés par des SEM. Ils connaissent une dégradation progressive des fréquentations et des déficits parfois très importants.
 

Les projets de parcs à thèmes ludico-culturels, qui mélangent divertissement et interprétation culturelle de thèmes souvent scientifiques (Bioscope, Parc du Végétal, Parc Paléontologique, Espace Préhistoire ...) sont à l'initiative de structures territoriales, tout en recherchant un partenariat public/privé, ce dernier pour l'exploitation.
 

Rhône-Alpes possède des parcs animaliers (Peaugres, Les Houches, Parc des Oiseaux, St Martin la Plaine...), de petits parcs à thème (monde merveilleux des lutins, Jardin Ferroviaire et un parc d'attraction (Walibi). Les parcs Rhône Alpins ont une vocation régionale exclusivement, voire de proximité départementale (particularité de la Ferme aux Crocodiles sur les flux autoroutiers). Deux parcs affichent une bonne santé financière (Ferme aux Crocodiles et Walibi), la majorité est à l'équilibre financier (petit équilibre), certains connaissent des difficultés (Aquarium de Lyon, Jardin Ferroviaire, Peaugres...), d'autres sont en pleine intégration.

Trois axes de développement sont proposés en Rhône-Alpes :

  • en priorité, conforter l'existant en apportant une étude de repositionnement, à la scénarisation, à la modularité (ingénierie, soutien financier),
  • aider au développement de parcs aquatiques, de taille limitée, géo stratégiquement répartis, en veillant à respecter les règles de concurrence,
  • privilégier l'accompagnement en ingénierie des équipements de loisirs d'ampleur moyenne et valorisant les patrimoines locaux ou aux microprojets privés originaux.

 

S'il convient de suivre avec attention les deux grands projets de parcs à thème qui devraient voir le jour dans les années à venir : Spyland, d'initiative privée dans le Rovaltain, et l'Espace de restitution de la Grotte Chauvet.
 

S'il convient de suivre avec attention les deux grands projets de parcs à thème qui devraient voir le jour dans les années à venir : Spyland, d'initiative privée dans le Rovaltain, et l'Espace de restitution de la Grotte Chauvet.
 

Les douze projets de parcs pressentis en Rhône-Alpes doivent être considérés avec prudence et circonspection à l'aune des constats de l'économie du secteur et des enjeux pour les équipements existants.
 

Pour en savoir plus...

Commentaires
comments powered by Disqus