Plus d’étrangers en hôtel, en camping et en gîte et moins de Rhônalpins en séjour en 2006

Publié le 13 juillet 2007
Le mois dernier, nous avons donné les premières tendances de l'année 2006 caractérisée par un recul de 1,5% du nombre des nuitées. Depuis, l'Observatoire régional du tourisme a affiné son analyse. Deux grandes tendances sont à retenir pour la fréquentation touristique de Rhône-Alpes : recul de la fréquentation française encore plus marqué pour la clientèle rhônalpine et progression du nombre de visiteurs étrangers en hébergement marchand, hôtel, camping et gîte.

Le bilan de l'année 2006 sur le plan de la fréquentation touristique s'est caractérisé par une légère diminution du nombre de nuitées, avec une perte de 2,2 millions pour un total de 148,4 millions, soit moins 1,5%. Ces éléments que nous vous avons communiqués le mois dernier ont été analysés de manière précise par l'Observatoire régional du tourisme (ORT) qui a mesuré l'évolution des flux et les types d'hébergements plébiscités par les vacanciers qui choisissent de séjourner en Rhône-Alpes.

Pour l'origine des clientèles, on note un recul de la fréquentation française extra-régionale de 1%, ce qui correspond à 1,2 million de nuitées perdues. En ce qui concerne la clientèle rhônalpine, la baisse est de 4%, soit 1 million de nuitées perdues, les Rhônalpins, qui représentent 18% de la clientèle touristique régionale, utilisant majoritairement des hébergements non-marchands (résidences secondaires, famille, etc.).

Ce bilan montre en revanche une progression de la fréquentation étrangère évaluée à plus 4% dans l'hôtellerie alors que, dans le même temps, la France a enregistré un recul de 2% pour les étrangers ! Une performance qui mérite d'être soulignée et qui trouve sans doute sans origine dans la politique promotionnelle de Rhône-Alpes à l'export. L'an dernier, les hôtels de Rhône-Alpes ont accueilli 9% d'Américains en plus, 13% de Japonais, 4% de Britanniques, 8% de Belges et 17% de Russes, note Christelle Lepoutre, (ORT). En revanche, on a enregistré une baisse sur le marché allemand (moins 3%), italien (moins 3%) et néerlandais (moins 10%). Mais, en ce qui concerne les Pays-Bas, on a dans le même temps vu leur fréquentation dans les campings croître de 11%, ce pays représentant à lui seul 2 millions des 3,4 millions de nuitées étrangères pour ce type d'hébergement .

L'autre point positif du bilan 2006 concerne l'hôtellerie haut de gamme (3 étoiles à 4 étoiles luxe) qui ont accueilli des vacanciers en plus grand nombre. Toutes catégories confondues, les hôtels rhônalpins ont enregistré un total de 18 millions de nuitées avec une baisse de 3% pour la clientèle française et une croissance de 4% pour les étrangers.

Pour leur part, les campings ont totalisé 7,6 millions de nuitées en incluant la clientèle nationale (plus 1% par rapport à 2005 avec plus 6% pour les étrangers et moins 2% pour les Français), les hébergements collectifs 8,9 millions (moins 4%) et les Gîtes de France affiliés à une centrale de réservation, soit 30% du parc environ, 1,2 million (plus 1% au global mais plus 6% pour les étrangers qui représentent 12% de leur clientèle).

Toujours au chapitre des satisfactions, on retiendra que la venue d'étrangers en nombre plus important est une excellente chose sur le plan économique puisque leurs dépenses quotidiennes moyennes sont estimées à 66 euros par personne au lieu de 40 46 euros pour nos compatriotes en France (source : Direction du Tourisme).

Ce bilan a également pris en compte la saison estivale qui va de mai à septembre. Elle pèse 80,9 millions de nuitées (82,4 en 2005), cette fréquentation moindre trouvant son explication dans la mauvaise météo de mai et surtout d'août 2006. L'été dernier, l'hôtellerie familiale a vu fondre sa clientèle de 7% alors que les hôtels de chaîne ont gagné 7% de nuitées supplémentaires, ces derniers totalisant désormais 42% de l'activité hôtelière estivale. Les hôtels 0 étoile ont fini à moins 5%, les 1 étoile à moins 6,5%, les 2 étoiles à moins 2%, les 3 étoiles à plus 5% et les 4 étoiles-4 étoiles luxe à plus 8,5%. Et il convient de souligner le poids de l'hôtellerie haut-savoyarde qui représente un quart des nuitées rhônalpines l'été ! De leur côté, les hébergements collectifs ont fini l'été à moins 6%, seules les structures de l'agglomération lyonnaise spécialisées dans l'accueil des jeunes ayant tiré leur épingle du jeu (plus 19%).

L'ORT s'est par ailleurs intéressé pour la première fois au poids des grands événements culturels et sportifs. Il ressort de ce hit-parade que le premier est Jazz à Vienne (140 000 entrées) devant le Festival international du film d'animation d'Annecy (100 000), les Nuits de Fourvière (98 000), la Biennale de la danse et la Coupe Icare…

Bilan été 2006
Bilan année 2006

Commentaires
comments powered by Disqus