Réflexion pour une meilleure gouvernance dans les stations

Publié le 09 décembre 2005

La plupart des élus et des professionnels de la montagne en conviennent : dans les stations, on assiste souvent à des conflits d'intérêt entre les différentes entités publiques et privées. L'objectif est donc de faire en sorte que chacun roule dans le même sens pour parvenir à une meilleure gouvernance. D'o๠la réflexion engagée par la Mission d'Ingénierie Touristique Rhône-Alpes afin de conduire élus et partenaires à un dialogue fructueux.

Dans les stations, élus et partenaires privés l'admettent volontiers : il n'est pas facile de faire asseoir l'ensemble des partenaires autour d'une même table et, surtout, de faire en sorte que tous agissent de concert. Partant de ce constat, la FACIM (Fondation pour l'action culturelle internationale en montagne) avait organisé un séminaire consacré à la gouvernance en 2002. Et ce sujet a depuis été repris et développé par la Mission d'Ingénierie Touristique Rhône-Alpes, la cellule recherche et développement de Rhône-Alpes Tourisme.
 

Une station n'est pas une entité juridique au sens véritable du terme mais une juxtaposition de différentes structures publiques et privées, explique Alain Boulogne, directeur adjoint de la Mission d'Ingénierie Touristique Rhône-Alpes en charge de la montagne. Les maires ne sont donc pas à la tête de leur station comme ils l'imaginent trop souvent mais d'une structure administrative qui a, à ses côtés, différents partenaires privés. Or, cette conjugaison du pouvoir politique et économique n'est pas assez partagée.
 

L'objectif est donc d'aboutir à une meilleure harmonie à travers la mise en place d'une véritable gouvernance associant public et privé même si le maire et le conseil municipal ont, in fine, le pouvoir de décision comme le prévoit la Loi montagne de 1985. Partant de ce constat, la Mission d'Ingénierie Touristique Rhône-Alpes a organisé une première rencontre à Chambéry en 2004. Ces échanges ont débouché sur la rédaction d'un Cahier pratique adressé aux élus, dirigeants de remontées mécaniques et directeurs d'offices de tourisme en août dernier. Une seconde rencontre est prévue le 6 avril 2006, toujours à Chambéry, et elle donnera naissance à un second Cahier pratique de la bonne gouvernance et performance des stations. Pour Alain Boulogne, c'est en ayant une organisation plus performante que les stations pourront maintenir leurs parts de marché.
 

Pour en savoir plus...

Commentaires
comments powered by Disqus