Rhône-Alpes se convertit aux « Baignades au naturel »

Publié le 26 juillet 2010

En juin 2009, Rhône-Alpes Tourisme organisait un ARIT virtuel consacré aux « Baignades au naturel ». Premier du genre sur ce thème et sous cette forme, il avait mobilisé une centaine d'opérateurs publics et privés, de représentants de collectivités et de financeurs intéressés par ce concept largement implanté en Europe du nord et dans les pays germaniques. Emboîtant le pas à Combloux, qui dispose d'une baignade biologique de 1 500 m2, plusieurs autres collectivités ont décidé de se doter à leur tour de « Baignades au naturel ». C'est notamment le cas de Saint-Nizier-le-Désert, des Échelles, du lac des Sapins, de Courchevel ou encore de Saint-Martin-de-Belleville....

Il y a un an, Rhône-Alpes Tourisme organisait son XXème ARIT (Atelier rencontre de l'ingénierie touristique) consacré aux « Baignades au naturel ». Première du genre sur ce thème et première aussi sur le plan technique puisqu'il s'agissait d'un atelier virtuel organisé en direct du studio de TéléGrenoble, les participants étant connectés par Internet. Et il faut croire que le sujet était d'actualité puisqu'une centaine d'entre eux suivirent les échanges et posèrent de nombreuses questions. « Dans la foulée de rendez-vous, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail a publié un rapport sur le sujet, explique Danielle Romagnoli, de la direction de l'ingénierie de Rhône-Alpes Tourisme. « Ce rapport préconisait la mise en place d'une réglementation spécifique, un recensement des baignades biologiques, la rédaction d'un profil de vulnérabilité de la baignade, l'application de mesures d'hygiène de bon niveau pour les baigneurs, la limitation du nombre de ces derniers et l'obligation de renouveler l'eau par filtration au minimum une fois toutes les douze heures. Ces préconisations sont pour la plupart en cours de mise en œuvre, les services du Ministère de la Santé et des Sports travaillant à la rédaction de textes réglementaires fixant des valeurs seuils pour la qualité des eaux ainsi que certains objectifs de moyens, textes qui devraient être proposés aux professionnels du secteur à l'automne prochain».

A ce jour, on estime à une vingtaine le nombre de projets en Rhône-Alpes, une dizaine étant en cours d'étude ou de réalisation. Parmi ceux-ci, retenons celui du lac des Sapins, dans le Rhône, qui prévoit la réalisation d'une baignade à filtration biologique de 8 000 m2, ce qui constituera tout simplement le plus grand équipement de ce type dans le monde, celui du lac du Praz à Saint-Bon/Courchevel qui offrira 1 650 m2 à la baignade et celui de Saint-Martin-de-Belleville, toujours en Savoie ( 1 100 m2 destinés à la baignade).

Mais les deux projets les plus avancés sont ceux de la base de loisirs de la Nizière, à Saint-Nizier-le-Désert dans l'Ain, et des Échelles en Savoie. Le premier est porté par la Communauté de communes de Chalamont présidée par Jean-Pierre Humbert. « Cette base regroupe 70 places de camping, huit habitations légères de loisir, un snack et un espace d'accueil, rappelle l'élu. Nous étions désireux de faire monter ce site en gamme et nous avons été séduits par le concept de baignade biologique parfaitement adapté à la demande de la clientèle familiale que nous recevons. Nous avons donc rencontré les responsables de Green Concept, une entreprise lyonnaise spécialisée et nous nous sommes rapprochés de la Région Rhône-Alpes pour voir si nous pouvions être retenus comme projet touristique innovant ». Cela a été le cas et l'ouverture de cette baignade biologique est prévue fin juillet avec un bassin de 200 m2 dont l'accès sera réservé aux campeurs. L'investissement s'élève à 300 000 €. Il est financé à 50% par la Communauté de communes et autant par la Région. « C'est un vrai plus pour notre secteur de la Dombes, se réjouit Jean-Pierre Humbert. Grâce à cet équipement, nous allons dynamiser le tourisme que ce soit pour la clientèle lyonnaise, nombreuse à fréquenter le site, ou celle de passage principalement constituée de Néerlandais ». La base de loisirs de la Nizière couvre 13 hectares et inclut des sentiers de randonnée et deux étangs de pêche.

à? la frontière de l'Isère et de la Savoie, c'est le Syndicat intercommunal des sports, qui regroupe une commune savoyarde, Les Échelles, et deux iséroises, Entre-Deux-Guiers et Saint-Christophe-sur-Guiers, qui vient de s'engager dans un projet de dimension plus importante. Président du syndicat et maire des Échelles, Cédric Vial en définit la nature : « Nous avions dans l'idée de réaliser un projet de valorisation touristique lié à l'eau, sachant que nous nous trouvons au bord du Guiers. Nous avons répondu à un appel à projets de l'État portant sur un pôle d'excellence rurale incluant à la fois la filière pêche, le site historique des grottes des Échelles et la création d'une base de loisirs sur un site industriel de 7 hectares placé aux cœur des Échelles. Ce site abrite un bâtiment de 6 000 m2 et un espace naturel logé dans une boucle du Guiers. Comme nous nous trouvons au cœur du Parc naturel régional de Chartreuse et à 15 kilomètres du lac d'Aiguebelette, nous avons réfléchi à un aménagement touristique qui constituerait un élément structurant. Les travaux vont démarrer en août pour une livraison partielle en 2011 alors que le plan d'eau biologique de 2 600 m2, dont 1 600 ouverts à la baignade, sera opérationnel en 2012 ». L'investissement se monte à près de 4 millions d'euros. Il est pris en charge par le Syndicat des sports (1 million), le Conseil général de la Savoie (700 000 €), son homologue isérois qui devrait apporter 600 000 €, la Communauté de communes Chartreuse-Guiers (500 000 €), la Région Rhône-Alpes au titre des territoires écotouristiques (500 000 €), l'État au titre des pôles d'excellence rurale (410 000 €) et l'Europe (225 000 €). « Pour le plan d'eau, nous avons adopté un système allemand et nous nous sommes appuyés sur l'expérience de Combloux, poursuit Cédric Vial qui avait participé à l'ARIT. Nous pourrons accueillir 800 baigneurs par jour et cet espace présentera la particularité de disposer d'une zone adaptée à la natation sportive ». Traversé par une véloroute provenant de Saint-Joseph-de-Rivière, ce site voisin d'un camping sera la véritable locomotive touristique du secteur. Outre l'espace de baignade, il abritera un bâtiment d'accueil, une Maison du Guiers valorisant cette rivière réputée comme l'un des plus beaux parcours de pêche de France, un relais du Parc de Chartreuse, l'office de tourisme et une promenade de découverte ludique avec huit scenarii de jeux vidéo tout au long de son tracé. De quoi séduire la clientèle familiale amoureuse de cette région.

« Notons par ailleurs, rappelle Danielle Romagnoli que le 10 juin dernier, l'AFSSET (Agence Sanitaire Environnement-Travail) a publié, un rapport d'expertise collective sur les risques sanitaires liés aux piscines réglementées ouvertes au public. Elle recommande dans ce rapport, une meilleure maîtrise de la qualité de l'eau et de l'air tout en soulignant les effets nocifs des produits chimiques de désinfection de l'eau dans les piscines publiques.

« Notons par ailleurs, rappelle Danielle Romagnoli que le 10 juin dernier, l'AFSSET (Agence Sanitaire Environnement-Travail) a publié, un rapport d'expertise collective sur les risques sanitaires liés aux piscines réglementées ouvertes au public. Elle recommande dans ce rapport, une meilleure maîtrise de la qualité de l'eau et de l'air tout en soulignant les effets nocifs des produits chimiques de désinfection de l'eau dans les piscines publiques.

Ces produits dérivés du chlore, du brome ou de l'ozone se recombinent avec la matière organique apportée dans l'eau par les baigneurs et forment des sous-produits qui sont des contaminants chimiques nocifs, pouvant atteindre des taux capables d'entraîner des troubles respiratoires, cutanés et oculaires. »

Un argument en faveur des procédés à filtration biologique qui tombe bien, puisque les textes réglementaires concernant les baignades atypiques sont en cours de rédaction.
Pour consulter le communiqué de presse

Pour retrouver les élèments sur le tourisme lié à l'eau et ceux liés à l'Atelier rencontre sur les Baignades au naturel

Commentaires
comments powered by Disqus