Tourisme & handicap : 212 sites rhônalpins labellisés

Publié le 21 janvier 2010
Fin 2009, la région Rhône-Alpes comptait 212 sites labellisés Tourisme & handicap. 27 sites ont obtenus le label en 2009, 22 sont en attente d'obtention du label auprès de la Commission Nationale de l'Association Tourisme et Handicap. Nous comptons à ce jour 48 sites ayant obtenus le label pour les quatre déficiences. Les hébergements, suivis des musées, représentent plus de la moitié des sites labellisés. Les départements qui comptent le plus de sites sont la Loire, l'Isère et l'Ardèche.

Le label Tourisme & handicap séduit un nombre croissant de porteurs de projet comme le prouve le bilan réalisé par Rhône-Alpes Tourisme fin 2009. « à€ la fin de l'année, nous comptions 212 sites labellisés alors que nous étions à 185 fin 2008, affirme Sylvie Lassaigne, chargée de mission tourisme adapté à Rhône-Alpes Tourisme. Près d'un quart de ces sites, 48 très précisément, possèdent le label pour les quatre déficiences alors que 39 étaient dans le même cas un an auparavant ».

Sylvie Lassaigne note un regain d'intérêt des hébergeurs pour l'accessibilité, la loi de février 2005 qui rendra obligatoire l'accessibilité des établissements recevant du public dès 2015 est une des motivations. « Les gros établissements sont dans l'obligation d'effectuer des diagnostics d'accessibilité et, tout comme les plus petites structures du type gîte, ils sont de plus en plus nombreux à nous questionner sur le label Tourisme & handicap ».

Mais revenons aux 212 sites pionniers. Ceux-ci se situent dans la Loire (57), l'Isère (38), l'Ardèche (30), la Haute-Savoie (25), le Rhône et la Savoie (20 chacun), l'Ain et la Drôme (11 chacun également). De manière plus détaillée, on constate que les hébergements sont de loin les plus nombreux (137) suivis des musées (35). Les autres structures labellisées sont les offices de tourisme (8), restaurants (8), campings (4), activités sportives (2), châteaux et monuments divers (2), parcs et jardins (1) et différents autres équipements (10).

« On assiste à une montée en puissance des demandes de label provenant des musées, cela est sans doute dû à la sortie du Guide patrimoine et handicap en février 2009. Ce guide facilite l'adaptation des visites notamment sur les sites culturels et naturels, il donne outils, clés et exemples d'adaptation guidant ainsi les porteurs de projet dans le déroulement des visites. Ce document est téléchargeable sur le site pro.rhonealpes-tourisme.com. L'autre élément qui contribue à faire connaître le label Tourisme & handicap est d'ordre événementiel avec l'organisation en 2009 de trois Ateliers Bi départementaux sur le thème « patrimoine et handicap » qui ont réuni au total 230 participants. « Ils ont permis de présenter le guide avec l'appui de témoignages de gestionnaires de sites qui ont réussi l'adaptation de leur site », rappelle Sylvie Lassaigne.

L'année 2009 a également été marquée par la multiplication des contrôles des sites labellisés.

Le label a une durée de vie de 5 ans, au terme de ces cinq années, un audit de contrôle est programmé afin de renouveler l'attribution du précieux sésame. Dans la région, 28 sites l'ont été et si certains ont investi en vue de l'attribution de pictogramme supplémentaire pour de nouvelles déficiences, d'autres ont au contraire oublié leur engagement. Un ou deux gîtes, quelques hôtels et un parc sont dans ce cas. à€ l'opposé, on assiste à de véritables engagements quasi militants comme c'est le cas pour le nouveau gîte des Charmilles, à Leignec dans la Loire. Ouvert il y a un an par Monique Vachet, il a décroché d'emblée le label pour les quatre déficiences. « Notre gîte fait 119 m2 de plain-pied et peut héberger deux à six personnes. Le département de la Loire nous a aidés à hauteur de 25% de l'investissement car nous avons décidé de le rendre accessible. Nous avons fait ce choix car certains de nos amis ont des enfants handicapés et nous ont raconté les difficultés qu'ils rencontraient pour trouver des lieux de séjour. Lorsque l'équipe de la Mitra Chargée du Tourisme Adapté nous a rendu visite, elle nous a fait remarquer que notre salle de bains était trop petite pour permettre le déplacement d'une personne en fauteuil. Nous avons donc démoli une cloison pour remédier à ce problème ! ».

Commentaires
comments powered by Disqus