Tourisme métropolitain : pistes à explorer

Publié le 20 février 2012

Le séminaire sur le tourisme métropolitain organisé le 21 avril 2011 par la RUL (Région Urbaine de Lyon) avec le concours de la Direction de l’ingénierie de Rhône-Alpes Tourisme a permis de faire émerger de nombreuses pistes de réflexion favorisant le développement du tourisme à l’échelle de ce territoire. Retour sur un rendez-vous riche en enseignements intitulé « Tourisme métropolitain & territoires : des valeurs à ajouter ».

Suite à la mise en place des « Utopies réalisées », démarche qui fédère cinq sites du patrimoine du XXèmesiècle dans le Rhône et la Loire, la RUL s’est attachée cette fois à étudier de quelle manière on pouvait créer des liens entre les territoires urbains et ruraux de proximité à l’échelle de la métropole. Véritable première à l’échelle nationale, les Actes sont disponibles en ligne.   Les statistiques montrent l’intérêt grandissant de nos contemporains pour le tourisme urbain Ce travail, qui se prolongera par l’organisation d’un second séminaire à l’automne 2012, est d’autant plus intéressant que toutes les statistiques montrent l’intérêt grandissant de nos contemporains pour le tourisme urbain, celui-ci représentant désormais 20% des séjours en France alors qu’on était à 14% il y a quelques années. D’où l’importance qu’il y a, comme le précise Hugues Béesau, directeur de l’ingénierie Rhône-Alpes tourisme « à combiner les offres ville -campagne de manière originale » et « à innover en matière de produits et de séjours pour se positionner de manière différente ». Le développement de ce tourisme à l’échelle métropolitaine constitue pour Anne Dubromel, directrice de la RUL, « un formidable levier pour l’émergence d’un espace métropolitain ».   Un constat également partagé par Olivier Sanejouand, directeur de l’office de tourisme de Vienne et du Pays viennois, et par Luc Gwiazdzinski, maître de conférences à l’Institut de géographie alpine de Grenoble, qui ont participé à l’animation de cette journée. Olivier Sanejouand se dit convaincu que « les territoires de la RUL doivent travailler ensemble ». Ceci même s’il estime qu’il « n’y a pas encore de véritable stratégie de territoire ». Pour lui, ce séminaire «  a eu le mérite de poser des questions majeures : complémentarité des territoires ; comment les transformer en une destination pour conquérir des parts de marché ; proposer une offre plus large autour de ce pôle… Il nous faut identifier les plus et créer une offre différente de celles d’autres territoires en nous appuyant sur le patrimoine, la culture et les grands évènements. L’idée est que nous avons un espace. Mais en quoi est-il différent de ce qu’on trouve ailleurs ? » Olivier Sanejouand invite également les habitants de la RUL « à se réapproprier leur territoire », rappelant que « 80% du chiffre d’affaires se fait avec le tourisme de proximité ». Parmi les pistes qu’il a évoquées, figuraient la « Voie verte des confluences », un projet d’itinéraire pour modes doux porté par les quatre agglomérations de Lyon, Saint-Étienne, Vienne et Porte de l’Isère. Un parcours de 220 kilomètres qui irait des gorges de la Loire à l’ouest à Bourgoin à l’est, en empruntant la Via Rhôna de Lyon à Vienne. « Nous devons étudier ce qu’un équipement de ce type peut apporter au territoire en terme de valeur ajoutée ». En conclusion, le directeur de l’OT de Vienne juge que ce premier séminaire a « permis de réfléchir à des pistes. Désormais, on doit en retenir certaines et les hiérarchiser afin de voir comment tout cela peut être mis en partition, ce qui est en cours pour préparer le séminaire de cet automne ».   Pour sa part, Luc Gwiazdzinski, considère que « le tourisme urbain est un sujet propice à l’innovation ». L’universitaire note de nombreux changements : « Le touriste change car les modes de vie évoluent. La demande change avec des aspirations plus fortes en termes de continuité, de patrimoine récent, d’évènements et de rencontres. La ville change aussi en devenant métropole ». Autant d’éléments qui nous conduisent à devenir « nomades par nécessité ou par contrainte. Mais plus nous bougeons, plus nous faisons référence à nos origines et à nos racines. Nous supportons aussi de moins en moins les habitudes et l’ennui, mais nous aimons les rythmes collectifs. Et si nous revendiquons des penchants pour l’autonomie et la liberté de mouvement, nous assistons quand même à de grands rassemblements comme les Nuits blanches ou la Fête des lumières ». Fort de ces remarques, Luc Gwiazdzinski invite à « penser le tourisme métropolitain en termes de temps avec une offre touristique et culturelle sur l’ensemble de l’année. La chaîne de transport est essentielle avec des connexions train, bus, métro. Et il importe de considérer le touriste comme un habitant et l’habitant comme un touriste… »   Contacts : Olivier Sanejouand - directeur@vienne-tourisme.com- 04 74 53 80 30 Luc Gwiazdzinski - luc.gwiazdzinski@ujf-grenoble.fr- 04 76 82 20 87   * La RUL fédère plusieurs collectivités de l’Ain, l’Isère, la Loire et le Rhône avec le Grand Lyon, Saint-Étienne Métropole, Vienne, Villefranche, le Nord-Isère avec Bourgoin et L’Isle d’Abeau, Roanne et Bourg-en-Bresse

Commentaires
comments powered by Disqus