VOYAGE D'ETUDE VELO-ROUTE DU DANUBE

DE LYON A DONAUESCHINGEN

Publié le 11 septembre 2015

Ca y est. C’est le grand jour. Il est 10H30 et nous sommes tous réunis à la Gare de la Part-Dieu direction Donaueschingen.
Nous, ce sont les acteurs, décideurs et techniciens impliqués dans l’aménagement et la mise en tourisme de ViaRhôna.

 

Mais pourquoi ce voyage d’étude sur la vélo-route du Danube ? 

La ViaRhôna, itinéraire cyclable de 815 km qui serpente le fleuve Rhône en reliant le Lac Léman à la Méditerranée, sera achevée définitivement au 31 décembre 2020. Réalisé à 75% en Rhône-Alpes et à 47% en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, elle a déjà témoigné d’un fort potentiel économique et mis au jour un engouement exceptionnel du grand public. Pour faire de ViaRhôna une destination touristique de premier plan et aider les professionnels du tourisme concernés, nous avons donc choisi de nous intéresser de près aux clés de la réussite d’un des plus prestigieux itinéraires cyclables d’Europe : la véloroute du Danube.  Objectif : découvrir les enjeux et les bonnes pratiques de l’itinérance à vélo, illustrer les domaines de compétences relatifs à la mise en marché d’une vélo-route de longue distance, dialoguer avec les acteurs locaux et surtout, en tirer le meilleur pour nos régions.

 

Direction : Le Bade-Wurtemberg en Allemagne

Du Languedoc-Roussillon à Provence Alpes Côte-d'Azur, en passant par la Savoie, l’Ardèche et le Bugey, nous sommes une vingtaine dans le bus à destination de Donaueschingen. L’arrivée est prévue à 16H30, c’est donc l’occasion de faire connaissance avec ceux avec lesquels nous allons passer les quatre prochains jours.

 

LES PARTICIPANTS

Véronique LEMMENS, DIRRECCTE Rhône-Alpes
Estelle CHARRUT, Communauté de Communes Bugey-Sud
Karine MANDRAY, Agence de Développement Touristique de la Savoie
Sylvain PETIT, Entreprise générale Couleur Nature
Christina DIEGELMANN, Staatsministerium Baden-Württemberg
Christophe NURY, Agence de Développement Touristique de l'Ardèche
Romain SCHOCKMEL, Communauté de Communes du Val Eyrieux
Jessy SCHAETSAERT, Office de Tourisme Du Rhône Aux Gorges de l'Ardèche
Emmanuelle FERREOL, Communauté de Communes du Pays d’Aubenas-Vals
Gilles BOICHON et Dominique PALIX, Communauté de Communes de Barres Coiron
Patrick FOURCHEGU et Florence BELTREMIEUX, Communauté de Communes Hermitage Tournonais  
Julien BALSEN, Yves RONOT, Caroline BARNAY, Région Rhône-Alpes
Sébastien BAHOLET, Région Provence Alpes Côte-d'Azur

 

 

Déjeuner sur l'herbe

 

Arrivée à Donaueschingen

Cinq heures et demi de bus plus tard et après le check-in à l’Hôtel Wyndham Garden, c’est à présent au Château de Donaueschingen de nous ouvrir son parc et sa ville. Objectif : découvrir et expérimenter le Geocaching.

 

LE GEOCACHING, c’est la chasse au trésor du XXIème siècle.

Le concept : trouver les « boîtes aux trésors » (caches), dissimulées et réparties dans différents lieux du monde entier, grâce à des coordonnées GPS. Les caches contiennent souvent des objets sans valeur (figurine Kinder, cartes…), mais pas seulement. Il arrive parfois que l’on tombe nez à nez avec un « Travel Bug », autrement dit, un porte-clefs traçable avec un numéro d’identification à six lettres ou chiffres (afin de suivre son parcours de caches en caches), contenant une mission spéciale choisie par son propriétaire. Exemple : fréquenter les grandes tables françaises ! A la question fréquente : peut-on prendre un objet dans un cache ? La réponse est oui, à condition d’en mettre un en échange, de valeur à peu près égale. Au passage, on peut aussi laisser son pseudo et la date du jour sur le Log Book se trouvant dans le cache.

 

Quel est donc l’intérêt touristique du Geocaching ? Et du Vélocaching ? 

Ce qui est super avec le Vélocaching, donc du Geocaching à vélo, c’est que dans l’absolu, c’est ouvert à tous (célibataires, groupe d’amis, familles, retraités, CE…), ça se pratique toute l’année, par tous les temps, de jour comme de nuit. L’investissement est minime et l’activité considérée extrêmement ludique par les participants. Le seul risque pour eux est donc de devenir accroc !

Du côté des destinations et des instances touristiques (OT…), il va notamment permettre de véritables interactions entre le territoire, les touristes et la population. Comme par exemple, offrir la possibilité aux touristes de découvrir certaines zones (voies vertes, pistes cyclables…), mais aussi le patrimoine gastronomique et culturel de la région ou du territoire (anecdotes, légendes, monuments, restaurants, balades urbaines…), avec mise en place de nouveaux produits touristiques (création de parcours, offre de séjours…). Le tout, à partager sur la toile, avec l’ensemble des autres joueurs et passionnés du genre (échanges sur les réseaux sociaux, création d’ambassadeurs…). Le Vélocaching est donc un véritable vecteur d’émotions, un créateur de liens et donc un produit touristique extrêmement porteur.

 

L’INTERET TOURISTIQUE DU VELOCACHING

 

 

 

Commentaires
comments powered by Disqus