XXème ARIT: « Baignades au naturel »

Publié le 20 mai 2009

Pour son XXème ARIT, le premier virtuel, qui est prévu le 23 juin, Rhône-Alpes Tourisme s'est attaché la collaboration de Michel CHERARAK, gérant du cabinet MC CONSEIL, spécialiste de programmation d'équipements de sport-loisirs et de tourisme. Reconnu pour son expertise et bénéficiant d'un réseau de partenaires et d'acteurs du secteur, il lui est demandé d'apporter un maximum de réponses aux questions que soulève aujourd'hui le sujet des baignades biologiques.

Alors que l'Autriche, la Suisse et l'Allemagne se sont depuis une bonne dizaine d'années converties aux piscines et lieux de baignade biologiques, la France en est encore à réfléchir à la manière de combler le flou juridique qui entoure les équipements de ce type. Les maîtres d'ouvrage publics et privés sont dans l'attente du rapport que l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail doit remettre sur la future règlementation des baignades dites « atypiques » ou baignades à traitement biologique.

Les baignades aménagées et piscines extérieures offrent un véritable champ d'innovation pour le développement durable, et c'est précisément le sujet qui sera débattu lors de cet ARIT, organisé en direct du studio de TéléGrenoble, et co-animé par Michel Cherarak, et par un journaliste de la chaîne. Entourés de maîtres d'ouvrages, d'experts des domaines de la réglementation sanitaire, de la conception et de la gestion de ces équipements, les organisateurs de cet ARIT apporteront un éclairage sur l'application des règles actuelles (celles qui concernent des piscines traditionnelles traitées au chlore), aux piscines et lieux de baignades biologiques. « Depuis quatre ou cinq ans, les piscines bio investissent peu à peu le territoire national et le débat est ouvert sur la légitimité des procédés face à la réglementation actuelle et les enjeux du développement durable. L'objectif est de lever les ambiguà¯tés qui entourent ce sujet et de permettre aux maîtres d'ouvrage de mieux appréhender cette problématique complexe. Plusieurs pays européens ont une réglementation différente de la nôtre pour appréhender les problèmes de santé publique liés à ces équipements alors qu'on se situe au cœur du développement durable ».
D'autres arguments plaident en faveur de l'alignement de la réglementation française sur celle des pays précédemment cités et Michel Cherarak les énumère : « On constate d'abord que les piscines publiques ne pourront plus se développer dans les systèmes de conception traditionnelle car l'eau devient rare et chère. En France, on compte 1 800 piscines publiques extérieures, dont 180 en Rhône-Alpes. 70% d'entre elles ont plus de trente ans et leur réhabilitation coûterait une fortune, alors que nous sommes de surcroît, dans un contexte de crise économique ».
Ces nouvelles installations, leur conception plus globale et innovante à l'échelle d'une destination touristique devraient satisfaire aux attentes des usagers-clients de plus en plus sensibles au « bien-être » et à l'eau « naturelle ». La question posée consiste donc à voir comment mettre en adéquation les enjeux du développement durable avec l'application d'une nouvelle réglementation française et européenne...

Les baignades aménagées et piscines extérieures offrent un véritable champ d'innovation pour le développement durable, et c'est précisément le sujet qui sera débattu lors de cet ARIT, organisé en direct du studio de TéléGrenoble, et co-animé par Michel Cherarak, et par un journaliste de la chaîne. Entourés de maîtres d'ouvrages, d'experts des domaines de la réglementation sanitaire, de la conception et de la gestion de ces équipements, les organisateurs de cet ARIT apporteront un éclairage sur l'application des règles actuelles (celles qui concernent des piscines traditionnelles traitées au chlore), aux piscines et lieux de baignades biologiques. « Depuis quatre ou cinq ans, les piscines bio investissent peu à peu le territoire national et le débat est ouvert sur la légitimité des procédés face à la réglementation actuelle et les enjeux du développement durable. L'objectif est de lever les ambiguà¯tés qui entourent ce sujet et de permettre aux maîtres d'ouvrage de mieux appréhender cette problématique complexe. Plusieurs pays européens ont une réglementation différente de la nôtre pour appréhender les problèmes de santé publique liés à ces équipements alors qu'on se situe au cœur du développement durable ».
D'autres arguments plaident en faveur de l'alignement de la réglementation française sur celle des pays précédemment cités et Michel Cherarak les énumère : « On constate d'abord que les piscines publiques ne pourront plus se développer dans les systèmes de conception traditionnelle car l'eau devient rare et chère. En France, on compte 1 800 piscines publiques extérieures, dont 180 en Rhône-Alpes. 70% d'entre elles ont plus de trente ans et leur réhabilitation coûterait une fortune, alors que nous sommes de surcroît, dans un contexte de crise économique ».
Ces nouvelles installations, leur conception plus globale et innovante à l'échelle d'une destination touristique devraient satisfaire aux attentes des usagers-clients de plus en plus sensibles au « bien-être » et à l'eau « naturelle ». La question posée consiste donc à voir comment mettre en adéquation les enjeux du développement durable avec l'application d'une nouvelle réglementation française et européenne...

Cet ARIT devrait donc se révéler riche en enseignements, surtout lorsqu'on sait que dans la région Rhône-Alpes, une vingtaine de piscines ou lieux de baignades attendent de sortir de ce « flou » pour être construites. A l'appui de ces propos, et sur proposition de Michel Cherarak, Rhône-Alpes Tourisme présentera également plusieurs reportages sur des expériences innovantes en la matière, expériences menées par des hébergeurs touristiques ou des collectivités, en France et à l'étranger.

A partir de ces exemples, de témoignages d'experts, et de toute l'information technique et réglementaire réunie à cette occasion, les différents acteurs pourront donner corps à leurs projets, pour le plaisir des futurs usagers-clients et visiteurs de nos destinations touristiques.

Le rendez-vous est donc fixé pour le 23 juin 2009 à 10 heures précises !

Pour participer à l'Atelier Rencontre

Commentaires
comments powered by Disqus