Montagne et Santé

Etude de l'impact positif de l'environnement montagneux sur la santé

Publié le 11 octobre 2019

Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme a placé la montagne au cœur de sa stratégie notamment en cherchant à renforcer son attractivité en période estivale. Pour se démarquer des autres destinations, Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme a cherché à identifier de nouveaux éléments d’attractivité en phase avec les nouvelles tendances de consommation et les préoccupations des clientèles. C’est ainsi qu’un travail ambitieux et innovant a été lancé en collaboration avec Atout France afin de vérifier si l’environnement montagneux avait un impact positif sur la santé humaine.

Ce travail a été confié à l’agence SPRIM, structure de référence dans le milieu de la santé, spécialisée dans la veille scientifique et médicale avec à sa tête le Docteur Frédérique Saldmann, cardiologue, nutritionniste, auteur de nombreux livres, et intervenant régulièrement dans les médias.

La première étape de ce travail a consisté en une revue de la littérature scientifique et médicale qui a révélé une importante densité d’études abordant cette problématique sous des angles divers. Le choix a alors été fait de concentrer l’analyse des études sur les points suivants :

  • Diminution du stress : les métabolites secondaires expulsés par les plantes et les arbres en forêt contribuent à baisser le taux de Cortisol (hormone du stress) et donc par ricochet le stress.
  • Amélioration de la fonction cardio vasculaire : la raréfaction de l’oxygène dans l’air en altitude (hypoxie) incite le corps à créer de nouvelles voies pour les vaisseaux sanguins permettant à l’oxygène de mieux circuler jusqu’aux organes. L'altitude aiderait ainsi à réduire les risques de maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque...). L’altitude favorise également la production de globules rouges améliorant la performance et l’endurance des sportifs en situation de normoxie (en plaine).
  • Lutte contre l’obésité : l’altitude et le froid contribuent à ce qu’autant de calories soient brûlées en montagne qu’en plaine malgré une plus faible intensité d’activité physique. Cela permet aussi de réduire les contraintes ostéo-articulaires souvent limitantes pour les personnes en surpoids. De plus, en altitude, la baisse de l’hormone de la faim (Grehline), la hausse de l’hormone de la satiété (Leptine) conjugués à la hausse du tonus sympathique (Norépinéphrine) contribuent également à la perte de poids et de manière durable dans le temps.
  • Renforcement du système immunitaire : les cascades d’eau génèrent des ions négatifs en grande quantité offrant un grand nombre de résultats positifs sur la santé : sommeil, humeur, fonctions cardiovasculaires et respiratoires, infections. Les Phytoncides excrétés dans l'air par les arbres et les forêts ont également un effet très positif sur la santé, en favorisant le système immunitaire.
  • L’ensemble de ces éléments font ressortir de fait l’impact positif de la montagne sur l’allongement de la durée et de la qualité de vie.

Ces premiers résultats encourageants ont motivé le lancement d’un complément d’étude bibliographique autour notamment de l’impact des activités outdoor en montagne, l’impact d’une exposition courte à l’instant et dans la durée ainsi que les bienfaits psychologiques.

La prochaine étape visera à réunir au printemps 2020 autour d’une même table les professionnelles du tourisme et de la santé en montagne afin d’échanger sur ces travaux et d’envisager des projets d’études ciblés sur notre territoire.

 

Contacts

Guilhem PONCY
Responsable du Pôle Etudes Marketing
Auvergne - Rhône-Alpes Tourisme
Commentaires
comments powered by Disqus