• Post category:Bilans année 2020
  • Post last modified:5 août 2021
Les hôteliers figurent parmi les acteurs les plus durement touchés par la crise sanitaire.

Les hôteliers ont en effet vu leur taux d’occupation chuter en répercussion à l’effondrement des déplacements sur le territoire. Auvergne-Rhône-Alpes est un marché clé pour l’hôtellerie française (12% du chiffre d’affaires annuel, comme PACA) est déjà engagé sur des bases difficiles en 2021 avec l’annulation des évènements d’affaires et la fermeture des remontées mécaniques.

Cependant, la crise de la COVID-19 a en réalité généré un excédent d’épargne auprès des ménages. Cette ressource supplémentaire disponible, associée à l’irrépressible envie de voyager après de longues périodes de restriction des déplacements, donne donc à espérer aux professionnels du secteur.

L’OFFRE HÔTELIÈRE EN 2020

Avec 2 721 établissements au 1er janvier 2020, la région Auvergne-Rhône-Alpes a le plus important parc hôtelier de France. Concernant la capacité en lits, la région se place en 2ème position après l’Ile de France car les hôtels franciliens ont des capacités en chambre plus importante (64 chambres en moyenne par établissement). Les hôtels d’Auvergne-Rhône-Alpes offrent 32 chambres en moyenne par établissement, soit une taille comparable à la plupart des autres régions de province.

Une mutation du parc hôtelier avec une montée en gamme des hébergements

Entre 2015 et 2020, 176 hôtels ont cessé leur activité, soit une disparition de 6% du parc. La diminution du nombre de chambres est particulièrement forte dans la catégorie 1 et 2 étoiles ainsi que dans les établissements non classés. Seuls les hôtels 3, 4 et 5 étoiles comptent plus de chambres en 2020 qu’en 2015, respectivement en hausse notable de +10%, +22% et +36%.

La stratégie de montée en gamme qui contribue à optimiser les revenus et à améliorer l’expérience client se poursuit.

LA FRÉQUENTATION HÔTELIÈRE EN 2020

Sur le déroulement de l’année, différentes phases se détachent :

  • Un début d’année (janvier/février) prometteur avec une dynamique de fréquentation en hausse par rapport à une année 2019 pourtant exceptionnelle dans le secteur de l’hôtellerie
  • Un arrêt brutal du secteur en mars
    En raison des restrictions de voyages et des mesures de confinement, la fréquentation hôtelière a fortement diminué en 2020. Dès la mi-mars, compte tenu des mesures de confinement mises en place, de nombreux hébergements sont contraints de fermer en raison de l’absence de clientèle. En avril, seuls 20% des établissements sont ouverts. Sur les mois d’avril et mai, l’activité est d’ailleurs quasiment à l’arrêt avec respectivement -96% et -92% de nuitées en moins par rapport à avril et mai 2019.
  • La reprise des déplacements et l’ouverture au tourisme domestique enclenche une reprise
    En juin, si 70% des hôtels sont ouverts, l’activité hôtelière s’est que très partiellement redressée avec le relâchement des restrictions liées au contrôle de l’épidémie de Covid-19. Les taux d’occupation restent faibles et les nuitées chutent de -65% par rapport à l’année précédente.
    Le cœur d’été (juillet/août), sous l’effet conjugué de la levée des restrictions de déplacement et des vacances scolaires, va permettre au secteur de retrouver des couleurs. Le nombre de nuitées dans les hôtels d’Auvergne-Rhône-Alpes baisse de -12% par rapport à 2019. La présence de la clientèle française compense en partie l’absence de clientèle étrangère. Les nuitées des touristes français augmentent de +2%, alors que dans le même temps, les nuitées étrangères chutent de -54%. Cette reprise est la plus marquée au mois d’août, avec une fréquentation en baisse de seulement -3%, alors qu’en juillet les nuitées dans les hôtels diminuent de -22%. En août, les Français, confrontés aux restrictions de déplacement à l’étranger, optent pour des vacances en France : dans la région, leurs nuitées progressent de +13% par rapport à août 2019. Les nuitées françaises représentent d’ailleurs sur ce mois d’août 88% des nuitées totales.
  • Dès la rentrée, avec les limitations de déplacement pour des évènements ou rendez-vous d’affaires, l’activité hôtelière a rechute sous l’effet du manque de clientèle affaires.
    Après ces quelques mois de reprise progressive à la suite du déconfinement et un été porteur d’espoir, les performances repartent à la baisse en septembre 2020 avec une fréquentation en chute de -23% par rapport à septembre 2019. La faible demande des clientèles d’affaires ainsi que l’absence d’évènementiel ont pesé sur les performances du mois, particulièrement dans les grandes métropoles et les gammes supérieures.
  • Deuxième vague de mise à l’arrêt avec l’annonce du second confinement le 28 Octobre.
    Au quatrième trimestre 2020, les nuitées dans les hôtels d’Auvergne-Rhône-Alpes accusent une baisse de -57% par rapport au même trimestre de 2019. Novembre subit de plein fouet les effets du second confinement, avec une fréquentation en baisse de -67% par rapport à novembre 2019. En décembre, la baisse est également marquée (-67%), sous l’effet du confinement puis du couvre-feu et des consignes de limitation des évènements liés aux fêtes de fin d’année.

Suite à l’impact de la pandémie de Covid19 sur l’activité hôtelière, l’Insee a décidé de restreindre leur champs d’enquête. Les données par niveau de classement et par département ne sont donc pas disponibles sur l’ensemble de l’année 2020.

Sources : INSEE, MKG_destination