Le néo-évènementiel

Le virtuel complète le format traditionnel

© Margot Raymond

Dans le monde d’avant, l’apport des technologies à l’industrie événementielle ne cesse de s’amplifier. La conscientisation du public face aux enjeux environnementaux s’intensifie. Puis arrive la pandémie, avec son lot de confinements, télétravail, conversations et achats en ligne.

Tous les événements d’affaires sont annulés : congrès, galas, réunions, formations… Le recours à la visioconférence explose car on n’a pas le choix : Zoom, mais aussi des outils dédiés au MICE, Skype Business, Microsoft Teams, GoToMeeting, Klaxoon, Livestorm… Les acteurs s’adaptent et réinventent leurs offres. Les rencontres physiques sont digitalisées en urgence lorsqu’elles ne sont pas reportées ou annulées. Jamais nous n’avons autant été sollicités à participer à un événement en ligne par visioconférence : meeting, webinaire, e-learning, classe virtuelle, team building…

A la sortie du 1er confinement, 2 visions de ce que sera l’évènementiel demain s’opposent : physique Vs. virtuel

Les arguments pour le présentiel

  • Contact humain et convivialité
  • Réseautage
  • Efficience cognitive
  • Permet la communication non verbale
  • On ne peut pas rester connecté huit heures devant son ordinateur
  • Le virtuel impose une nouvelle logistique, de nouveaux outils, de nouvelles compétences

Les arguments pour le distanciel

  • Bon marché et rentable
  • A l’épreuve de la crise sanitaire
  • Accessible, sans avoir à voyager, d’ailleurs une partie du public continue de préférer ne pas avoir à se déplacer
  • Plus vert, les entreprises peuvent faire valoir une forme d’engagement en faveur de l’environnement (suppression des déplacements, des déchets plastique…)

Après presque 2 ans de crise, le format hybride – phygital – se précise comme l’évènementiel de demain

Les entreprises ont opéré des changements majeurs : coupes budgétaires, volonté de passer moins de temps à voyager, de limiter l’empreinte carbone. Les organisateurs passent de l’évènement digital d’urgence sanitaire à l’expérience virtuelle consolidée. Le virtuel complète le format traditionnel.

Les atouts du format hybride > Engager deux publics dans des lieux différents

3 styles

Broadcast : un évènement à double audience, sur place et à distance

Live streaming : un évènement enregistré dans un studio, à visionner en live ou en replay

Satellite : une seule et même rencontre, composée de plusieurs petits évènements reliés entre eux par le digital.

De nouveaux enjeux

  • Offrir une vraie mise en scène, du contenu user-friendly, de l’interactivité, de la gamification
  • Réintégrer le silence, la convivialité et la déambulation dans le virtuel
  • Développer les compétences pour animer des sessions mixant le présentiel et le distanciel en simultané
  • Investir pour des intervenants et du contenu de qualité
  • Investir pour attirer les bonnes audiences
  • Mesurer le niveau d’engagement

Et après-demain ?

Multiverse, une application, immersive et interactive propose une collection d’univers, avec des fonctionnalités en temps réel. Elle a accueilli la version virtuelle de Burning Man en 2020. Fortnite organise des concerts virtuels avec des artistes apparaissant sous la forme d’avatars. Dès 2022, les utilisateurs de Teams pourront participer à leurs réunions en activant leurs avatars.

Progressivement, les écrans, hologrammes, casques de VR et lunettes de réalité augmentée sont censés permettre des déplacements fluides d’univers virtuels en lieux physiques, comme des téléportations.

Mark Zuckerberg

Facebook devient Meta en référence au métaverse, monde parallèle numérique que Mark Zuckerberg souhaite développer en embauchant 10 000 personnes dans l’Union européenne. Le secteur du jeu vidéo a également déjà créé des embryons de méta-univers. Demain nous transporterons nos avatars au moyen de la réalité virtuelle à un évènement, au bureau, en vacances… Un monde sans restriction physique.

Cet univers parallèle virtuel va bénéficier du développement de la technologie 5G, plus rapide et plus puissante. Davantage de personnes pourront se connecter simultanément. Les expériences se feront en temps réel et en meilleure qualité.  Cela permettra d’atteindre le « zéro latence ». Or l’instantanéité est une condition majeure à l’interactivité. Les participants à distance pourront alors tous vivre l’évènement comme s’ils étaient au premier rang.

Le métaverse proposera-t-il un futur utopique, une passerelle vers la plupart des expériences numériques ou dystopique, comme dans les romans Le Samouraï virtuel ou Player One adapté en film par Steven Spielberg (Ready Player One) ?

Contact